•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Remparts-Cataractes : la fièvre des séries gagnera-t-elle Québec?

Chargement de l’image

Après avoir éliminé l'Océanic, Nathan Gaucher et les Remparts ont rendez-vous avec les Cataractes de Shawinigan en demi-finale.

Photo : Océanic/IFTEN REDJAH

Chargement de l’image

Deux puissances de la LHJMQ. Un duel entre plusieurs espoirs de premier plan de la Ligue nationale de hockey. La série demi-finale entre les Remparts et les Cataractes de Shawinigan promet des feux d’artifice. Reste à voir maintenant si Québec se laissera gagner par la fièvre des séries.

Champions de la saison régulière, les Remparts se retrouvent dans le carré d’as du circuit Courteau pour la première fois depuis 2015. Mais l’ambiance qu’on retrouvait à l’époque dans les gradins du Colisée Pepsi peine à être reproduite au Centre Vidéotron, qui compte plus de 18 000 places.

Après avoir publiquement demandé aux partisans de Québec de se ranger derrière l’équipe, la veille, Patrick Roy en a remis, mardi matin, après l'entraînement des siens.

Les choses ont changé avec la pandémie et les gens se sont peut-être dirigés vers d’autres choses, mais en même temps, on a besoin de nos partisans, a lancé l’entraîneur-chef et directeur général. C’est que 7130 et 6750 spectateurs ont assisté aux deux matchs locaux de la série quart de finale des diables rouges face à l’Océanic de Rimouski.

Une foule qui ferait la fierté de bien des équipes juniors, mais qui laisse le vaste Centre Vidéotron bien vide, à Québec. Or, lundi matin, seulement 5000 billets avaient trouvé preneur pour le premier match de la série Remparts-Cataractes, mercredi soir.

Chargement de l’image

L'entraîneur-chef et directeur général des Remparts, Patrick Roy

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Pour un match de cette envergure-là, c’est sûr que c’est un peu décevant. On s’attend à avoir de bonnes foules. Je ne me dis pas qu’on va remplir l’aréna, mais je m’attends à avoir une bonne foule, a avoué Patrick Roy.

Du côté des joueurs, certains semblaient marcher sur des œufs lorsque questionnés sur la sortie de leur entraîneur. Les partisans présents au Centre Vidéotron font tout ce qu’ils peuvent pour mettre de l’ambiance, a pointé le défenseur Louis Crevier.

N’empêche, il y a plus d’ambiance lorsque les Remparts sont sur la route, a admis le gardien William Rousseau. On a besoin que la cage brasse un peu au Centre Vidéotron. Le 7e joueur nous aide beaucoup, donc j’invite grandement le monde à venir, a invité celui qui sera devant le filet, mercredi soir.

Un duo explosif à contenir

C’est que les Remparts ont une lourde commande face aux Cataractes de Shawinigan. Si l’équipe de la Mauricie a terminé six rangs derrière Québec au classement de la saison régulière, c’est principalement parce qu’elle a dû se passer de ses deux joueurs vedettes, Mavrik Bourque et Xavier Bourgault, durant une partie de la saison. Mais voilà que les deux choix de première ronde dans la LNH sont de retour pour piloter l’un des trios les plus dangereux du circuit avec le Beauceron Olivier Nadeau.

On pense qu’on a les éléments pour faire un bon travail contre eux. Je ne dis pas qu’on va les garder à zéro, c’est tout un mandat, mais j'espère qu’on va être capable de les contrer, a expliqué Patrick Roy.

Chargement de l’image

Ralenti par la défensive de l'Océanic en quart de finale, le capitaine Théo Rochette devra mener la charge face aux Cataractes.

Photo : FolioPhoto / Iften Redjah

L’entraîneur-chef ne veut pas confier la mission d’étouffer le premier trio adverse à une seule paire de défenseurs ou un seul trio d’attaquants, mais l’imposant Louis Crevier aura certainement une grande responsabilité à la ligne bleue.

Je pense que l’important, c’est de bien faire les petits détails. Avoir un bon bâton, être bien positionné, sinon ils vont en profiter, a détaillé le défenseur format géant, mardi.

Une équipe en santé

Terrassé par une grippe comme une bonne partie de l’équipe, la semaine dernière, Crevier admet que plusieurs joueurs avaient le souffle court durant la série contre l’Océanic. La forme est bien meilleure à la veille du premier match de demi-finale et aucun joueur régulier ne devrait manquer à l'appel.

La série âprement disputée face à Rimouski aura toutefois été une occasion d'apprendre, estime Patrick Roy. On a appris à jouer des matchs serrés, avec très peu d’espace sur la glace. L’Océanic jouait super bien défensivement. Je pense que ça va être bénéfique pour nous.

Les Remparts et les Cataractes ont rendez-vous mercredi, à 19 h, au Centre Vidéotron.

Déjà nommé directeur général de l'année dans la LHJMQ, Patrick Roy fait partie des trois finalistes dévoilés mardi pour le titre d'entraineur-chef de l'année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !