•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des milliers de poissons morts dans la rivière Tusket

Chargement de l’image

Des milliers de poissons morts font surface ces jours-ci dans la rivière Tusket dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse.

Photo : Gracieuseté : Aaron LeBlanc

Radio-Canada

Un résident du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, Troy Doucet, est grandement déçu par la mort de milliers de poissons dans la rivière Tusket. Il estime qu’il peut y en avoir jusqu’à 100 000.

Coprésident du comité consultatif sur le gaspareau de Yarmouth-Shelburne, M. Doucet accuse l’entreprise Nova Scotia Power et le ministère des Pêches et des Océans du Canada de ne pas se soucier de son groupe.

La mort des gaspareaux est signalée sur les médias sociaux depuis lundi. Troy Doucet croit que leur mort remonte à une semaine et qu’ils font seulement surface ces jours-ci.

Les poissons se trouvent sur le bas de la rivière près des installations hydroélectriques de la Nova Scotia Power.

Un passage plus efficace est jugé nécessaire

Troy Doucet croit que les gaspareaux n’ont pas pu passer par l’échelle à poisson du barrage. Ce passage, dit-il, a été conçu pour le saumon. Son angle, son élévation et la pression de l’eau qui y circule ne permettent pas, selon lui, le passage de gaspareaux.

Il croit aussi que les poissons ont abouti à cet endroit en nageant au-dessus du filet qui doit justement les empêcher de s’y retrouver et qu’ils sont restés emprisonnés lorsque le niveau de la rivière a baissé avec les marées.

S’il y avait une échelle à gaspareaux, il n’y aurait pas eu cette mortalité massive de poissons, selon Troy Doucet.

Le passage des poissons à cet endroit est une problématique de longue date, souligne M. Doucet. Il dit qu’il faut améliorer l’échelle à poisson du barrage et en construire une autre près de la centrale électrique.

Les efforts des pêcheurs pour la conservation du stock

La saison de pêche a été écourtée ces dernières années aux fins de conservation des stocks de poissons.

Troy Doucet reconnaît que les stocks étaient en mauvais état il y a trois ou quatre ans, mais il dit que la rivière contient de nos jours le plus grand volume de poissons qu’il ait constaté en 32 ans.

Le plus récent comptage durant un an a permis d’estimer qu’environ un million de poissons ont remonté la rivière, précise-t-il. Mais cette croissance ne signifie pas grand-chose sans passage pour tous les poissons.

Un autre résident, Aaron LeBlanc, qui pêchait autrefois dans la rivière Tusket, affirme qu’en perdre 100 000 tout à coup entraînera des conséquences considérables. Il estime que c’est l’équivalent de toute une saison de pêche perdue.

Les pêcheurs ont réduit leur effort de pêche ces dernières années pour appuyer la conservation du poisson et le fait d’en voir mourir en si grand nombre leur brise le cœur, explique Aaron LeBlanc.

D’après un reportage de Michael Gorman, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !