•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La députée Marie Montpetit ne se représentera pas aux élections

Chargement de l’image

Marie Montpetit quitte l'arène politique après plus de huit années d'engagement.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Après deux mandats, la députée indépendante Marie Montpetit ne sera pas candidate aux élections québécoises cet automne.

Elle en a fait l'annonce lors d'une conférence de presse, mardi matin.

Les derniers mois m’ont apporté à réfléchir sur mon avenir [...] Je sors forte et reconnaissante de ces liens très étroits que j’ai sondés avec mes concitoyens, a-t-elle dit.

Après huit années d'engagement politique, Marie Montpetit dit avoir besoin d'une pause. Elle ne sollicitera pas de troisième mandat pour le moment, mais ne ferme pas définitivement la porte à un retour en politique.

Pour le moment, j’ai besoin de faire autre chose, a-t-elle spécifié.

Cette décision de Mme Montpetit survient quelques mois après que la cheffe du Parti libéral du Québec (PLQ), Dominique Anglade, l'a exclue du caucus pour des allégations de harcèlement psychologique.

Un dossier que Marie Montpetit a évoqué d’entrée de jeu en conférence de presse. J’ai eu la confirmation de l’Assemblée nationale [...] qu'aucune plainte n'a été déposée contre moi, s’est-elle défendue.

Depuis le début de cette affaire, Mme Montpetit a démenti les accusations d'intimidation et de harcèlement. Une position qu’elle a maintenue jusqu’à son départ de la politique, affirmant aujourd’hui qu’elle a toujours fait du mieux [qu’elle le] pouvait.

Elle a cependant critiqué la façon dont la cheffe du parti, Dominique Anglade, l'a exclue en novembre 2021. La moindre des choses aurait été qu'elle ou son équipe me contactent, a-t-elle dénoncé, avant de spécifier que Mme Anglade avait refusé à deux reprises de rencontrer la députée indépendante.

Lors de l'annonce de cette décision, Dominique Anglade avait soutenu que le harcèlement et l'intimidation au travail, c’est tolérance zéro au sein de notre formation politique.

Lorsque des allégations sérieuses sont formulées, nous suivons le processus de l'Assemblée nationale, les rencontres et les gestes appropriés sont posés, avait-elle ajouté dans une déclaration officielle.

Un automne tumultueux

Cette exclusion du caucus libéral à l'automne 2021 est survenue quelques heures seulement après que Dominique Anglade a retiré la responsabilité du dossier en matière de santé du cabinet fantôme des mains de Marie Montpetit.

La cheffe du parti avait réprimandé sa députée pour avoir ouvertement critiqué son collègue Gaétan Barrette et le premier ministre du Québec François Legault sur Twitter.

Cher [Gaétan Barrette], ce tweet est aussi peu productif que l’attitude autoritaire et les menaces de [François Legault], avait écrit Mme Montpetit.

À l'hiver 2022, Marie Montpetit était de retour à l'Assemblée nationale, mais cette fois-ci en tant que députée indépendante.

En faveur du projet de loi 96

Marie Montpetit a profité de l'occasion pour faire connaître son soutien au projet de loi 96. Il n’est pas parfait, mais il protège la langue française, a-t-elle soutenu.

De leur côté, le PLQ et le Parti québécois s'y opposent. Quant à Québec solidaire, il compte voter en faveur, mais propose quelques modifications.

Les députés de l'Assemblée nationale voteront en faveur, ou non, du projet de loi mardi après-midi.

Le projet de loi 96 vise à mettre à jour la Charte de la langue française, mieux connue sous la loi 101.

Avec les informations de Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !