•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parc Fundy : des campeurs sont invités à enregistrer les chauves-souris

Chargement de l’image

Parcs Canada espère que les campeurs dans l’arrière-pays du Parc national Fundy acceptent d’enregistrer les ultrasons des chauves-souris cet été pour en apprendre davantage sur leur présence dans le parc.

Photo : Mersey Tobeatic Research Institute/Rick Whitman

Radio-Canada

Parcs Canada invite les gens qui font du camping dans l’arrière-pays du Parc national Fundy à enregistrer le son des chauves-souris à l’aide de leur téléphone intelligent.

Le syndrome du museau blanc a décimé les populations de chauve-souris au Nouveau-Brunswick et toute signalisation de leur présence dans le parc est souhaitée.

Le personnel du parc était heureux d’en voir voler dans les environs il y a quelques années et il se demande comment elles se portent dans les secteurs reculés du parc.

Des enregistrements automatiques et inaudibles

Lorsque des visiteurs inscrits au camping dans l’arrière-pays arrivent, le personnel leur remet un petit appareil qui se branche à un téléphone et qui est capable d’enregistrer les ultrasons émis par les chauves-souris, explique Becky Graham, écologiste au Parc national Fundy.

Les campeurs n’ont qu’à démarrer l’application juste avant le coucher du soleil et la laisser fonctionner un certain temps dans l’obscurité. Les chauves-souris sont particulièrement actives durant cette période.

L’application enregistre lorsque le microphone capte des ultrasons au passage des chauves-souris, mais elle n’enregistre pas les voix des campeurs, ni d’autres bruits, parce qu’il ne s’agit pas d’ultrasons, assure Mme Graham.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les campeurs sont invités à utiliser cet appareil et une application qui n'enregistre que les ultrasons.

Photo : Parcs Canada

Il est fort possible que l’application et l’appareil détectent le passage d’une chauve-souris sans même que les campeurs se rendent compte de sa présence, souligne-t-elle.

L’oreille humaine ne peut pas percevoir les ultrasons, mais l’application présente un spectrogramme (une représentation graphique du son) qui permet aux scientifiques de déterminer de quelle espèce il s’agit.

Les enregistrements sont téléchargés lorsque les campeurs quittent les lieux et rendent l’appareil au personnel du parc. Parcs Canada espère ainsi confirmer quelles espèces de chauves-souris sont présentes dans le parc, et à quels endroits et à quels moments elles s'y trouvent. Il s’agit de protéger leurs habitats, particulièrement les endroits où elles passent l’hiver et ceux où elles donnent naissance à leurs petits.

Sept espèces vraisemblablement détectées l’an dernier

Becky Graham ajoute qu’un projet pilote du genre s’est déroulé l’an dernier et que les chercheurs croient avoir ainsi obtenu des signes de la présence des sept espèces de chauves-souris de la province, dont trois qui figurent sur la liste des espèces en voie de disparition (la petite chauve-souris brune, la pipistrelle de l'Est et le vespertilion nordique).

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le syndrome du museau blanc a décimé les populations de chauve-souris en Amérique du Nord, y compris au Nouveau-Brunswick.

Photo : MRNF-Québec/Frédérick Lelièvre

Ces enregistrements constituent une bonne indication de la présence de chauve-souris, selon le directeur du département des sciences naturelles et de la zoologie au Musée du Nouveau-Brunswick, Donald McAlpine.

Mais M. McAlpine ajoute qu’il n’y a encore aucun signe du rétablissement de la chauve-souris en ce moment.

D’après un reportage de Mia Urquhart, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !