•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une fin amère, mais une saison très positive pour les Olympiques de Gatineau

Chargement de l’image

De gauche à droite : Noah Warren, Haakon Hänelt, Isaac Belliveau, Antonin Verreault et Mathieu Bizier.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Deroy

Chargement de l’image

Les Olympiques de Gatineau tracent un bilan positif de leur saison malgré la fin décevante de l’équipe, éliminée en trois rencontres face aux Cataractes de Shawinigan la semaine dernière. L’entraîneur Louis Robitaille considère que ses jeunes joueurs ont beaucoup appris et ont grandement progressé au cours des derniers mois.

La saison laisse un goût amer, on espérait mieux. C’est normal, comme compétiteur, tu veux toujours gagner le dernier match, résume Robitaille, qui veut toutefois se concentrer sur le positif.

On a terminé 5e au classement. On a joué pour ,676 . C’est certain que nos 11 défaites en prolongation nous ont fait mal. Ça nous a peut-être coûté un championnat de conférence. Mais sur le plan collectif, on a grandi. 

Chargement de l’image

L'entraîneur Louis Robitaille (à droite), pendant un match, en compagnie de son adjoint Raphaël-Pier Richer.

Photo : Dominic Charette / Olympiques de Gatineau

Le pilote des Olympiques a donné quelques détails supplémentaires sur le virus qui a frappé l’équipe à la fin du premier tour des séries éliminatoires.

Nous avions 19 joueurs malades pour commencer l’affrontement contre Shawinigan. Avec le premier match qui avait autant d'émotions, c’était difficile ensuite. Le match deux était flat des deux côtés. On méritait de gagner le dernier match, précise-t-il, tout en réitérant que la maladie n’est pas une excuse pour sa formation.

Les Olympiques ont eu la 3e meilleure performance de la Ligue en désavantage numérique et se sont classés 7e en avantage numérique cette saison. L’équipe croit avoir tous les outils nécessaires pour connaître du succès l’an prochain.

Chargement de l’image

Les moments de célébrations ont été nombreux cette saison chez les Olympiques, malgré l'élimination face aux Cataractes de Shawinigan.

Photo : Dominic Charette / Olympiques de Gatineau

C’est sûr qu’on veut faire un final four. Nous avons sept défenseurs de retour, un gardien de but et dix attaquants. Ça nous fait 18 joueurs qui peuvent revenir. Certains dans le midget AAA peuvent se greffer au groupe. Tout le monde grandit et vieillit d’un an. On veut une année festive pour notre 50e la saison prochaine et on veut avoir du succès sur la glace, assure Robitaille.

Quoi faire pour l'an prochain?

L’organisation est consciente que la pause estivale sera courte. Avec les nombreux changements au calendrier, l’équipe a terminé sa saison beaucoup plus tard que d’habitude et reprendra ses activités en août.

Nos jeunes de 17 ans vont être repêchés dans la LNH. Des camps professionnels s’en viennent. Il faudra une bonne planification, rappelle l’entraîneur. J’ai dit à mes joueurs de se faire un calendrier. Ils doivent être des ados, voir leurs familles et prendre soin d’eux, tout en ayant une bonne préparation pour la prochaine saison, explique-t-il en parlant notamment de Tristan Luneau, Noah Warren, Antonin Verreault et Samuel Savoie.

Chargement de l’image

Tristan Luneau (8) et Samuel Savoie (93), deux des trois premiers choix des Olympiques en 2020.

Photo : Dominic Charette Photographe

Louis Robitaille, qui occupe aussi les fonctions de directeur des opérations hockey, ne cache pas qu’il pourrait compléter une transaction dans les prochaines semaines pour solidifier son groupe.

On va voir ce qui est disponible par voie de transaction. On n'a pas beaucoup bougé cette année, mais on est allé chercher Donovan Arsenault qui sera avec nous pour trois ans. On va perdre du leadership, du caractère et des marqueurs de buts naturels avec Bizier et Pinard. Mais j’aime beaucoup le groupe. Si c’est possible de bouger, on va le faire au prix juste, soutient Robitaille.

La plus grande question se trouve probablement devant le filet. L’équipe perd son gardien numéro un des dernières années, Rémi Poirier, qui fera le saut chez les professionnels. On a Emerik Despatie et Carter Richardson qu’on a repêché qui joue à Boston qui veut faire le saut dans la LHJMQ. On reste à l’affut. Emerik a beaucoup grandi cette saison, rappelle Robitaille quand on lui demande si le jeune homme de Cantley est prêt à mener sa formation.

Chargement de l’image

Le gardien Emerik Despatie

Photo : Dominic Charette Photographe

En attendant, le groupe de recruteurs, Patrick Desrosiers en tête, aura des discussions avec Robitaille pour préparer le plan en vue du repêchage. Les Olympiques détiennent toujours leur choix de premier tour cette année.

L’avenir est donc toujours rose en Outaouais et les prochaines décisions vont dicter l’évolution de la formation. Mais, une chose est certaine, les partisans ont repris goût au hockey junior avec le déménagement dans le Centre Slush Puppie.

Chargement de l’image

Les partisans ont été nombreux au Centre Slush Puppie en 2021-2022.

Photo : Dominic Charette Photographe

Je veux les remercier d’avoir été présents en si grand nombre après deux années difficiles. Près de 90 000 personnes sont venues cette année malgré les restrictions. Il faut aussi saluer les joueurs et le personnel qui ont fait un travail remarquable. Nos familles n'ont pas eu beaucoup de break depuis deux ans. On part une nouvelle vague et on veut l’amener la saison prochaine pour avoir un année de 50e extraordinaire, conclut Robitaille.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !