•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort suspecte d’un jeune homme dans une résidence de Laval

Chargement de l’image

Un poste de commandement mobile a été installé devant la résidence du quartier Sainte-Rose.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

Radio-Canada

La Sûreté du Québec a pris en charge une enquête sur la mort suspecte d’un homme dans le début de la vingtaine, à Laval.

Le corps de l’homme a été retrouvé par le Service de police de Laval (SPL) dans une résidence située place du Cormoran, dans le quartier Sainte-Rose.

Selon la porte-parole du SPL, l'agente Erika Landry, un appel au 911 a été effectué vers 1 h 55 par un couple qui venait de se réfugier chez un membre de leur famille à proximité de leur domicile.

Les deux personnes – un homme de 42 ans et une femme de 50 ans – ont alors affirmé qu'elles venaient de subir une tentative de braquage de domicile à leur résidence. Elles auraient également été ligotées avant de pouvoir s’enfuir.

C'est en se présentant peu après à cet endroit que des agents de la police de Laval ont trouvé l'homme sans vie.

La police a installé un poste de commandement devant la résidence afin d'appuyer le travail d'enquête et interroger de possibles témoins.

C’est ici que l’histoire se complique.

Si les faits présentés jusqu’ici pouvaient laisser croire à un braquage suivi d’un cas de légitime défense, les policiers ont rapidement soupçonné l’implication du crime organisé.

C’est ce qui explique la prise en charge de l’enquête par la Sûreté du Québec.

La SQ refuse de préciser si elle étudie toujours la piste de la légitime défense, se contentant de confirmer le décès du jeune homme et évoquant une altercation entre trois personnes.

Un homme et une femme ont été arrêtés et devaient être interrogés au cours de la journée.

Avec les informations de Geneviève Garon et de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.