•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Droits de la personne : l’ONU entame sa visite au Xinjiang, en Chine

Aucun détail sur les lieux précis que visitera Michelle Bachelet n'a été rendu public.

Chargement de l’image

La haute-commissaire aux droits de l’homme de l’ONU, Michelle Bachelet, entame une visite dans la région du Xinjiang, en Chine.

Photo : afp via getty images / FABRICE COFFRINI

Agence France-Presse

La cheffe de l'ONU pour les droits de l'homme, Michelle Bachelet, entame mardi une visite extrêmement attendue dans la région chinoise du Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une répression féroce contre les musulmans ouïgours.

Ce déplacement se déroule quasiment à huis clos, la délégation onusienne étant tenue d'intégrer, au nom de la situation épidémique en Chine, une bulle sanitaire qui la tient à l'écart de la presse étrangère.

Aucun détail sur les lieux précis que visitera Michelle Bachelet n'a été rendu public, ce qui soulève des interrogations sur la latitude réelle dont elle disposera sur le terrain.

Inquiets, Ouïgours de la diaspora et associations de défense des droits de l'homme exhortent l'ex-présidente chilienne de 70 ans à ne pas se laisser entraîner dans une opération de propagande du régime communiste.

Le Xinjiang, longtemps frappé par des attentats attribués à des séparatistes et des islamistes ouïgours, fait l'objet depuis quelques années d'une répression menée au nom de l'antiterrorisme.

La haute-commissaire aux droits de l'homme de l'ONU a rencontré le chef de la diplomatie chinoise lundi, au début d'une visite en Chine consacrée au traitement des Ouïgours. On se questionne déjà quant à l'accès dont dispora la représentante de l'ONU. Les précisions de Jean-Philippe Hughes.

Des études occidentales accusent la Chine d'y avoir interné au moins un million de Ouïgours et de membres d'autres minorités musulmanes dans des camps de rééducation, voire d'imposer du travail forcé et des stérilisations forcées.

Washington accuse Pékin de commettre un génocide. La Chine dénonce le mensonge du siècle et présente les camps comme des centres de formation professionnelle, destinés à combattre l'extrémisme religieux.

Pékin dit n'imposer aucune stérilisation, mais uniquement appliquer la politique de limitation des naissances à l'œuvre dans l'ensemble du pays, auparavant peu mise en pratique dans la région.

Présente mardi et mercredi au Xinjiang, peuplé de 26 millions d'habitants dont près de la moitié de Ouïgours, Michelle Bachelet se rendra notamment dans la capitale régionale Urumqi.

Chargement de l’image

Des membres de la minorité ouïgoure ont présenté des photos de leurs proches détenus en Chine au cours d’une conférence de presse à Istanbul, en Turquie, le 10 mai 2022.

Photo : AFP / OZAN KOSE

En 2014, un attentat contre des civils y avait fait une quarantaine de morts. Des émeutes en 2009 avaient entraîné la mort de près de 200 personnes, en grande majorité des Hans (l'ethnie majoritaire en Chine) battus ou poignardés par des Ouïgours.

Mme Bachelet ira également à Kashgar, dans le sud du Xinjiang, où la population ouïgoure est très importante et où la campagne sécuritaire est réputée être particulièrement féroce.

J'espère qu'elle pourra demander au gouvernement chinois où se trouve ma mère, déclare à l'AFP Jevlan Shirememet, un Ouïgour de 31 ans qui réside en Turquie et dit n'avoir pas de nouvelles d'elle depuis quatre ans.

Nursimangul Abdureshid, une Ouïgoure installée en Turquie, dit n'avoir pas beaucoup d'espoir que les visiteurs de l'ONU puissent apporter un quelconque changement.

Il faut qu'ils rendent visite à des victimes, comme les membres de ma famille, pas qu'ils participent à des mises en scène préparées par Pékin, dit-elle à l'AFP.

Son frère a été condamné à près de 16 ans de prison, notamment pour préparation (d'actes) violents et terroristes, a-t-elle découvert récemment dans une base de données révélée par l'AFP et réputée provenir d'une fuite des archives de la police.

Si l'équipe de l'ONU n'a pas d'accès illimité au Xinjiang, je n'accepterai pas leurs prétendus rapports, ajoute Nursimangul Abdureshid.

Chargement de l’image

La Chine qualifie cet édifice de centre de formation professionnelle à Hotan, dans la région du Xinjiang. Cette photo a été prise en septembre 2018.

Photo : Reuters / THOMAS PETER

Or, la Chine a déjà affiché clairement ses objectifs.

Lors d'un tête-à-tête lundi avec Michelle Bachelet, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a émis l'espoir que son séjour aiderait à clarifier la désinformation sur son pays, selon son ministère.

Nous espérons que cette visite vous permettra d'aller au fond des choses, de parler des faits et de la réalité, afin de faire taire rumeurs et mensonges, a-t-il souligné.

Michelle Bachelet est la première responsable onusienne des droits de l'homme à se rendre en Chine en 17 ans, après des années de négociations avec Pékin sur les termes de sa visite au Xinjiang.

Mme Bachelet doit comprendre que ce qui est en jeu, c'est la confiance du monde dans les Nations unies, affirme Raphael David, de l'organisation International Service for Human Rights (ISHR).

Lors d'une visioconférence lundi avec des représentants d'ambassades étrangères, l'ex-présidente chilienne a assuré qu'elle se rendrait dans des centres de détention, ont indiqué à l'AFP des sources diplomatiques.

Afin d'accentuer la pression sur la délégation de l'ONU, un consortium de médias étrangers a publié mardi une série de documents censés provenir du piratage d'ordinateurs de la police locale.

Parmi eux figurent des milliers de photographies, notamment d'identité, présentées comme ayant été prises dans les camps de détention de la région et montrant les visages de nombreuses personnes détenues, adolescents et personnes âgées comprises.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !