•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des chouettes des terriers relâchés en Alberta dans un effort de protection de l’espèce

Chargement de l’image

Le Zoo de Calgary a accueilli les oisillons l'été dernier pour leur permettre de grandir en sécurité avant de les relâcher dans la nature une fois devenus adultes.

Photo : Fournie par le Zoo de Calgary

Radio-Canada

Une vingtaine de chouettes des terriers emmenées au Zoo de Calgary l’été dernier ont été relâchés dans le sud-est de l’Alberta.

Ces volatiles arrivés au zoo comme oisillons sont devenu des adultes au cours de l’hiver, explique Graham Dixon-MacCallum, un écologiste du Zoo de Calgary spécialisé en conservation.

On les relâche quand ils sont adultes dans l’espoir qu’ils s’accouplent et se reproduisent.

La population de chouettes des terriers du Canada a largement diminué au cours des 40 dernières années. Selon les estimations du gouvernement fédéral, il en reste environ 500 couples au pays.

De fortes pertes d’habitat, les changements climatiques et d’autres modifications de leur environnement naturel ont contribué à l’effondrement de la population de l’espèce. Selon le Zoo de Calgary, les chances de survie des oisillons nés à l’état sauvage sont d’environ 3 % durant leur première année de vie.

Même ceux qui survivent et réussissent à quitter le nid risquent de succomber durant la migration annuelle, explique Graham Dixon-MacCallum.

C’est pourquoi le Zoo de Calgary accueille de jeunes oisillons et s’en occupe pour qu’ils puissent grandir dans un environnement exempt de prédateurs, de conditions météorologiques extrêmes et d’autres dangers.

Les chouettes recueillies sont relâchées près de l’endroit où elles sont nées, dans une aire de nidification protégée par un grillage de façon à ce qu’elles puissent s’accoupler, pondre et couver à l’abri des prédateurs.

De ces nids sont nés 152 oisillons, soutient le zoo. Je crois que ce genre d’efforts est important [...] parce que si on ne les protège pas, on les perdra, note Graham Dixon-MacCallum.

Avec les informations de Diane Yanko

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !