•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Haute-Gaspésie sortira bientôt son bac brun

Chargement de l’image

Le traitement des matières résiduelles représente un tiers du budget de la MRC (archives).

Photo : Radio-Canada

Chargement de l’image

La MRC de La Haute-Gaspésie mise sur le compostage des matières organiques pour minimiser une flambée du coût du traitement des matières résiduelles, dans un contexte de forte inflation.

C'est le défi que se donne le préfet de la MRC, Guy Bernatchez, dans le cadre de la révision du Plan de gestion des matières résiduelles (PGMR).

Deux consultations publiques sur la révision du Plan de gestion des matières résiduelles ont eu lieu début mai.

Pour le moment, le traitement des matières résiduelles représente un tiers du budget de la MRC, et la hausse du coût de la vie, et notamment des coûts de transport, fait craindre une forte augmentation de ce poste budgétaire.

« Si on continue d’agir comme ça, c’est sûr et certain que ça continuera d’augmenter fortement dans les prochaines années. »

— Une citation de  Guy Bernatchez, préfet de la MRC de La Haute-Gaspésie

Selon Guy Bernatchez, l'arrivée, cet automne, du compostage des matières organiques permettra à la MRC de limiter cette hausse de coût.

En récupérant nos matières organiques, il va y avoir moins de collecte au niveau du bac vert. Si on le fait correctement, il va y avoir moyen - peut-être pas de diminuer les frais -, mais à tout le moins de les atténuer dans le temps, explique-t-il.

Chargement de l’image

Le préfet de la Haute-Gaspésie, Guy Bernatchez, estime que le compostage aidera à réduire les coûts de la gestion des matières résiduelles (archives).

Photo : Radio-Canada / Marguerite Morin

Il croit d’ailleurs qu’il y a encore des efforts d’information et de sensibilisation à faire auprès de la population de la Haute-Gaspésie sur le tri des matières résiduelles, afin de réduire la facture payée chaque année par la MRC pour la gestion des déchets.

C'est une question de bien démêler nos différentes matières résiduelles, indique-t-il, en rappelant aux résidents de la Haute-Gaspésie que les efforts personnels se traduisent par un résultat qui bénéficiera à l'ensemble de la population.

Des efforts de communication seront déployés par la MRC, notamment dans les écoles. Nos enfants vont devenir des acteurs importants pour la suite des choses, parce qu’ils comprennent l’urgence de la situation.

Compostage à Matane

Les déchets organiques seront envoyés à la plateforme de compostage de Matane dès que celle-ci sera opérationnelle, ce qui est prévu à l'automne.

Les plateformes de compostage communautaire étaient difficiles à mettre en place pour nous, parce que gérer ça dans la communauté, les terrains, l'hiver… ça devenait problématique, justifie-t-il.

« Il y a beaucoup de scénarios qui ont été étudiés et le meilleur du point de vue efficacité et financier, c’est la plateforme régionale à Matane. »

— Une citation de  Guy Bernatchez, préfet de la MRC de La Haute-Gaspésie
Chargement de l’image

Au Québec, les matières organiques, comme les résidus alimentaires, représentent le tiers de ce qu'on jette (archives).

Photo : Radio-Canada

Une telle décision avait été prise avant la hausse fulgurante du prix des carburants et l’élu ne croit pas que cette décision va augmenter les coûts de transport des matières résiduelles.

De toute manière, on collectait les matières résiduelles avec le bac vert. Ce sont les mêmes matières, mais qui vont être transportées différemment. Il va y avoir des camions à double paroi. Le coût du transport ne sera pas triplé, assure-t-il.

Une partie du compost produit à la plateforme de compostage de Matane sera renvoyée dans la MRC, pour être distribuée auprès de la population. Les détails seront déterminés au cours des prochains mois..

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !