•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le niveau du lac Saint-Jean passerait sous les 18 pieds dans la nuit de lundi à mardi

Une plage sur le bord d'un lac.

Rio Tinto réalisera un arpentage des plages autour du lac Saint-Jean une fois la crue terminée.

Photo : Radio-Canada / Philippe L'Heureux

Chargement de l’image

Rio Tinto prévoit que le niveau du lac Saint-Jean devrait passer sous les 18 pieds dans la nuit de lundi à mardi.

Le niveau du lac Saint-Jean devrait passer sous les 18 pieds vers minuit ce soir, après avoir atteint un niveau maximal de 18,27 pieds dimanche soir. En ce moment, le niveau du lac est de 18,14 pieds et poursuit sa descente, est-il écrit dans l’infolettre À prop’EAU publiée lundi après-midi par la division Énergie électrique de Rio Tinto.

La mesure traditionnelle de 18 pieds correspond à environ 102 mètres, ce qui représente l’altitude.

Selon le site de Surveillance de la crue des eaux du ministère de la Sécurité publique, à 16 h 30, le niveau était également à la baisse et le lac est toujours considéré en inondation moyenne. Il ne reste qu'une rivière sous surveillance au Lac-Saint-Jean, soit la Ouiatchouan.

Toutefois, la situation demeure fragile et dépend des prévisions météorologiques à venir. Des événements de pluie dans les 10 prochains jours pourraient freiner cette descente, a précisé aussi Rio Tinto.

Selon les prévisions de MétéoMédia pour Roberval, il pourrait y avoir environ 20 mm de pluie jeudi et de 10 à 15 vendredi.

Les vannes d’évacuation demeurent ouvertes à 100 %.

Le lac Saint-Jean pourrait revenir sous le niveau de 16,5 pieds au cours de la prochaine fin de semaine, aussi prédit Rio Tinto.

Rappelons que le décret de Québec sur la gestion des eaux par l’entreprise permet à ce temps-ci de l’année un niveau maximal de 16,5 pieds, avec la possibilité de se rendre à 17 pieds pendant une période de 12 jours.

Un arpentage des plages après la crue

De l’érosion sur les berges a été constatée lundi matin, notamment à Chambord. Le maire Luc Chiasson demandait justement l’aide de l’entreprise, notamment financière.

Lorsque la crue sera terminée, un arpentage de plage supplémentaire sera réalisé afin de bien mesurer les changements survenus et de comparer avec les résultats de l'arpentage annuel de novembre, a précisé à ce sujet l’entreprise.

Rio Tinto gère le niveau du lac Saint-Jean pour maximiser et répartir la production d’hydroélectricité dans ses centrales. L’électricité entre dans le processus de fabrication de l’aluminium.

Bris d’une estacade

Par ailleurs, Rio Tinto a rapporté le bris d’une de ses estacades près de la centrale hydroélectrique Chute-à-Caron, sur la rivière Saguenay à la hauteur de Shipshaw. Il s’agit de bouées jaunes qui servent à prévenir du danger ceux qui se trouvent sur les plans d’eau.

Il n’est pas possible de réparer l’estacade endommagée en raison du fort débit.

Cette situation devrait perdurer pendant quelques semaines. L’estacade ne pourra être réparée tant que des déversements seront nécessaires pour gérer la crue printanière, est-il stipulé, toujours dans l’infolettre À prop’EAU.

Il est recommandé pour toutes les embarcations d’éviter le secteur entre la Marina de Shipshaw et la centrale.

Le fort débit empêche également l’installation des estacades sur les rivières Grande Décharge et Petite Décharge.

Des équipements toujours fermés à Alma

La mairesse d'Alma, Sylvie Beaumont, affirme justement que le débit de la rivière Petite Décharge a atteint un niveau jamais vu auparavant. Dimanche, le débit atteignait 1011 mètres cube à la seconde. Lundi, il se situait à 997 m3 selon Rio Tinto.

C'est pour des raisons de sécurité que plusieurs secteurs sont fermés à Alma. Un immeuble à logements longeant la rivière Petite Décharge a d'ailleurs été évacué, samedi soir.

Il y avait la passerelle du 150e qui était fermée, il y avait la passerelle sur l’île Sainte-Anne aussi, certains circuits de marche près de la pointe des Américains qui longe la rivière Petite-Décharge, le chemin des Pionniers qu’on appelle, toute la baie Moïse où on avait une surveillance accrue. Il y a plusieurs secteurs qui demeurent fermés à l’heure actuelle parce qu’on ne prend pas de chances, a énuméré la mairesse d'Alma, Sylvie Beaumont, lors d'une entrevue accordée lundi à l'émission Place publique.

Par ailleurs, la mairesse a affirmé que la Ville a bien été accompagnée par Rio Tinto. Elle se demande toutefois si la gestion s’est faite de manière assez prévoyante.

Il y aura certainement un constat à faire de ce côté-là. Est-ce qu’on pourrait avoir une gestion plus prévoyante? C’est certain qu’on peut se poser la question puis il va falloir se la poser de toute manière, parce qu’à partir du moment où il y a des impacts comme ça sur la population, c’est quand même préoccupant, a-t-elle mentionné.

Avec des informations de Kenza Chafik

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !