•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le concert Transfiguration met la musique classique en images

Le spectacle est présenté à Montréal les 25 et 26 mai. Un album de 14 œuvres éponyme a aussi été lancé.

Chargement de l’image

Le violoncelliste Stéphane Tétreault et la harpiste Valérie Milot

Photo : Frédérik Robitaille

Radio-Canada

Aller voir un concert de musique classique où on nous permet de garder nos téléphones cellulaires et tablettes ouverts, c’est ce que proposent la harpiste Valérie Milot et le violoncelliste Stéphane Tétreault, qui encouragent même les gens à les utiliser pour profiter au maximum de l’expérience de leur spectacle Transfiguration.

La rencontre des deux artistes a été un coup de foudre musical et amical, et depuis, le duo joue souvent ensemble pour offrir permettre une expérience auditive et visuelle pour le public.

Le numérique au premier plan

Les arts numériques sont une partie intégrante du concert. On est entouré sur scène de cinq écrans intercalés. On a aussi une passerelle qui nous réunit d’une certaine façon, résume Stéphane Tétrault.

Il ajoute que Transfiguration est l’illustration de leur collaboration artistique des dix dernières années. Un décor est monté avec des projections qui racontent ce qu’on a vécu au cours de ces années, mais aussi des aspects particuliers des œuvres. Notamment, dans la pièce [du musicien] Alexandre Grogg, on retrouve un thème du 16e siècle du Portugal, donc on a des images inspirées de tout ça, précise Stéphane Tétreault.

« C’est une expérience hors de l’ordinaire qui jumelle musique, art numérique et projection. On a un environnement envoûtant qui va faire vivre la musique classique autrement. »

— Une citation de  Stéphane Tétreault

Toutefois, si les gens peuvent ouvrir leur appareil, ils devront en fermer le son, car il y a un programme interactif avec le spectacle qui va leur donner une source d’information supplémentaire et les engager dans notre folie, indique Valérie Milot.

Chargement de l’image

La harpiste Valérie Milot plaide que son instrument de prédilection a un très grand répertoire, contrairement à ce que l’on peut penser.

Photo : Frédérik Blanchette

Le concert regroupe des œuvres de compositeurs et compositrices du Canada. Certaines ont même été écrites spécialement pour Valérie Milot et Stéphane Tétreault.

Pour deux pièces, dont D’un cygne l’autre, d’Alexandre Grogg, un batteur se joint virtuellement au duo. On l’a préenregistré et filmé sur écran vert, c’est la petite surprise du spectacle, explique Valérie Milot.

Le spectacle Transfiguration est présenté à Montréal les 25 et 26 mai. Un album de 14 œuvres éponyme a aussi été lancé et est offert pour écoute sur OHdio jusqu’au 27 mai.

Le succès par le travail et le réseautage

Originaire de Trois-Rivières, Valérie Milot est une soliste et une entrepreneure. Elle a joué avec plusieurs chefs d'orchestre, dont Yannick Nézet-Séguin, et a sorti de nombreux albums. Elle est aussi professeure.

De son côté, le Montréalais d’origine Stéphane Tétreault a aussi joué sous la direction de Yannick Nézet-Séguin, tant avec l’Orchestre métropolitain qu'avec l’Orchestre de Philadelphie. Il a aussi plusieurs albums à son actif.

Chargement de l’image

Le violoncelliste Stéphane Tétreault

Photo : Radio-Canada / Mathieu Arsenault

Les deux artistes expliquent leur succès par un mélange d’ingrédients. C’est un 5 % de talent et 95 % de travail. Ce qui fait la différence, c’est un travail de manière acharnée dans tous les aspects. C’est peut-être aussi la capacité de comprendre les différents aspects d’un travail, pas seulement quand on joue de l’instrument, mais aussi le réseautage et les relations avec les autres, souligne Valérie Milot.

Stéphane Tétreault ajoute que la chance joue aussi un rôle dans leur succès. Parfois, les astres sont alignés, mais encore faut-il être prêt pour cette chance. Si on n’a pas assez répété, que l’on reçoit un appel à 48 heures d’avis pour remplacer [un artiste] et que l’on refuse, il est rare que la chance revienne une seconde fois.

Ce texte a été écrit à partir de l’entrevue réalisée à l’émission Pénélope, où les deux artistes ont livré des prestations. Les propos ont pu être édités à des fins de clarté et de concision. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !