•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour une troisième fois en six ans, Gatineau se prépare à d’éventuelles inondations

Quelques voitures sur un pont l'été.

Le pont Alonzo-Wright à Gatineau (archives).

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Radio-Canada

Le niveau des eaux inquiète les autorités de Gatineau, à un tel point que certains secteurs de la municipalité doivent se préparer à affronter de potentielles inondations.

En ouverture de point de presse, la mairesse France Bélisle a indiqué que la Ville surveille le niveau des rivières depuis quelques semaines. On a reçu 130 mm d’eau en 10 jours. Habituellement, pour la même période, on reçoit 80 mm, a-t-elle illustré. De plus, la température plus élevée et la fonte élevée de la neige dans le nord du bassin versant viennent augmenter le niveau.

En entrevue à l'émission, Les matins d'ici, mardi, Mme Bélisle a assuré que la Ville et ses partenaires surveillent de près la situation.

Ce qui est particulier, c’est qu’on travaille avec une inondation annoncée à l’avance, ce qui est assez inusité, a-t-elle noté.

Une carte de la Ville de Gatineau sur les zones les plus à risque d'inondations.

Selon la Ville de Gatineau, les secteurs sur cette carte sont considérés comme « à risque élevé ».

Photo : Ville de Gatineau

La situation est liée à des manœuvres au réservoir Baskatong. Hier après-midi, les experts de l'organisation régionale de sécurité civile ont avisé la Ville de Gatineau que l'accumulation d'eau dans le réservoir Baskatong est plus rapide qu'anticipé, a expliqué la mairesse. On devra libérer l’eau du réservoir progressivement en vue d’éviter des bris mécaniques.

Elle a mentionné que la Ville se prépare déjà à gérer les inondations et que le Centre de coordination des mesures d'urgence est désormais ouvert.

Selon la mairesse, les municipalités qui se trouvent le long de la rivière Gatineau seront les plus touchées.

« Selon les prévisions météo reçues et à venir, ainsi que les débits engendrés par la libération du bassin Baskatong, des augmentations d’eau considérables sont donc à prévoir. »

— Une citation de  France Bélisle, mairesse de Gatineau

Le niveau d'eau pourrait atteindre celui de 2019, a-t-elle précisé.

De son côté, le coordonnateur des mesures d’urgence, Denis Doucet, a lui aussi promis que les services d’urgence allaient tout faire pour porter assistance aux citoyens.

Denis Doucet en conférence de presse.

Le coordonnateur des mesures d’urgence, Denis Doucet

Photo : Radio-Canada / Alexander Behne

Le secteur le plus névralgique, c’est l’embouchure de la rivière Gatineau et la rivière des Outaouais. C’est dans ce secteur que les gens vont voir la disponibilité des sacs de sable.

« On va mesurer quotidiennement l’augmentation des niveaux d’eau. »

— Une citation de  Denis Doucet, coordonnateur des mesures d’urgence

Des souvenirs douloureux ravivés

Bon nombre de citoyens de Gatineau doivent avoir l’impression de revivre le même mauvais rêve. La ville a été frappée par d’importantes inondations en 2017 et en 2019.

Pour France Bélisle, portée au pouvoir en novembre 2021, il s’agit de sa première gestion d’une catastrophe naturelle à titre de mairesse. Voulant voir le verre à moitié plein, elle a mis en avant l’expérience et l’expertise des services d’urgence de la Ville de Gatineau.

J’ai envie de dire aux citoyens qu’on a, malheureusement, de l’expérience. Vous allez nous voir dans vos rues, surtout la rue Cartier et dans certaines rues de Pointe-Gatineau. Nous allons visiter les endroits qui ont été touchés par le passé.

France Bélisle en point de presse.

Selon France Bélisle, les municipalités qui se trouvent le long de la rivière Gatineau seront les plus touchées.

Photo : Radio-Canada / Alexander Behne

La Ville de Gatineau se prépare à distribuer des sacs de sable et à mettre à la disposition des citoyens des sites de sable en vrac.

On est vraiment extrêmement bien rodés. [...] Hier [dimanche], on a recommencé à faire des sacs de sable. On avait déjà 27 000 sacs en réserve. Ça va reprendre aussi aujourd’hui [mardi]. Donc, on est vraiment en prévention et proactifs. On va faire de la distribution de sacs de sable. On va mettre des pontes à des lieux stratégiques. On va s’occuper de nos réseaux d’aqueducs et d'égouts. On va commencer aussi toute une communication pour les citoyens. Les gens vont voir de l’activité dans leur quartier, a-t-elle promis en entrevue, mardi matin.

Maniwaki déjà sur le qui-vive

Des municipalités en Outaouais sont sur le qui-vive depuis vendredi, alors que le niveau de la rivière Gatineau a atteint un seuil critique.

Les 68 résidents du CHSLD de Maniwaki ont dû être évacués vendredi. Une digue anti-inondation a été aménagée autour de l'établissement.

Des bâches remplies de sable font une barrière autour d'un établissement.

Des bâches remplies de sable font une barrière autour du CHSLD de Maniwaki (archives).

Photo : Radio-Canada / Emmanuelle Poisson

Le porte-parole d’Hydro-Québec, Francis Labbé, a mis en garde les riverains que les deux prochaines semaines seraient critiques alors que plusieurs millimètres de pluie étaient attendus.

Avec les informations d'Andréane Apablaza et de Charles Lalande

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !