•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Opposé à la guerre, un diplomate russe démissionne avec fracas à Genève

Chargement de l’image

Boris Bondarev a affirmé qu'il ne pouvait soutenir l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Photo : Reuters / Shannon Stapleton

Agence France-Presse

Un diplomate russe basé à Genève et opposé à la guerre contre l'Ukraine a annoncé avec fracas sa démission, affirmant dans une lettre rendue publique que « jamais » il n'avait eu « autant honte » de son pays, selon plusieurs sources concordantes.

Boris Bondarev, conseiller auprès de la Représentation permanente russe, a envoyé un courriel à des collègues diplomates pour annoncer sa décision, qui a été révélée par l'ONG UN Watch et confirmée par plusieurs sources diplomatiques.

« Durant les 20 ans de ma carrière diplomatique, j'ai vu différents tournants dans notre politique étrangère, mais jamais je n'ai eu autant honte de mon pays que le 24 février de cette année. »

— Une citation de  Boris Bondarev, conseiller auprès de la Représentation permanente russe

Il s'agit de la date à laquelle la Russie a envahi l'Ukraine.

M. Bondarev, dont le nom apparaît bien dans l'annuaire officiel des diplomates auprès de l'ONU à Genève, dit avoir travaillé au ministère russe des Affaires étrangères depuis 2002, et depuis 2019 au bord du lac Léman.

La guerre déclenchée par Poutine contre l'Ukraine, et de fait contre le monde occidental, n'est pas seulement un crime contre le peuple ukrainien, mais aussi peut-être le plus grave crime contre le peuple russe, avec une lettre Z en caractère gras barrant tous nos espoirs et perspectives d'une société libre et prospère dans notre pays, peut-on lire dans cette lettre, publiée par l'ambassadeur des Pays-Bas au désarmement, Robert Gabrielse, et accompagnée d'un Courageous!.

Encourager les défections

Cette démission qui, selon plusieurs sources, n'est pas la première d'un diplomate russe pour les mêmes raisons, mais est sans doute la plus publique, devrait encourager des collègues à suivre l'exemple, a souligné le directeur de UN Watch, Hillel Neuer.

Les États-Unis, le Royaume-Uni et l'UE devraient prendre la tête du monde libre et créer un programme pour encourager plus de diplomates russes à faire défection en offrant protection, sécurité financière et un endroit où s'installer à ces diplomates et à leurs familles, a-t-il ajouté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !