•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un audioprothésiste radié provisoirement de son ordre professionnel à Rouyn-Noranda

Un appareil auditif dans une oreille

Serge Lemieux a été radié provisoirement de l'Ordre des audioprothésistes du Québec. (archives)

Photo : afp via getty images / Fred Tanneau

Radio-Canada

Serge Lemieux, un audioprothésiste qui a pratiqué en Abitibi-Témiscamingue depuis une trentaine d’années, s'est fait radier provisoirement de l'Ordre des audioprothésistes du Québec.

Cette décision a été rendue le 19 avril dernier par le Conseil de discipline.

L'Ordre demandait une radiation provisoire de M. Lemieux, lui reprochant trois chefs d'accusation auprès de 30 patients, pour un total de 90 chefs.

Dans sa décision, le Conseil de discipline conclut « sans hésitation que l’ensemble de la preuve lui démontre que l’intimé risque de compromettre la protection du public, dans l’immédiat, s’il demeure inscrit au tableau de l’Ordre des audioprothésistes ».

L'Ordre des audioprothésistes accusait Serge Lemieux de trois chefs pour 30 patients, c'est-à-dire : ne pas avoir effectué une vérification des réglages des prothèses auditives réparées ; avoir omis de fournir au patient les explications nécessaires à la compréhension des services de réparation ; et n’avoir consulté aucun document dans le cadre de la prestation de ses services professionnels auprès des patients.

Le Conseil de discipline, dans son analyse, juge que le plaignant n’a pas présenté une preuve suffisante pour reconnaître que M. Lemieux est coupable des chefs du premier groupe.

Toutefois, avec la preuve présentée , le Conseil conclut que Serge Lemieux a contrevenu à deux dispositions du Code de déontologie des audioprothésistes, soit : 

  • de fournir à son patient les explications nécessaires à la compréhension et à l’appréciation des services qu’il lui rend ;

  • s’abstenir d’exercer dans des conditions ou des états susceptibles de compromettre la qualité de ses services.

Les faits

En décembre 2020, un audioprothésiste basé en Estrie, François Laplante, et Serge Lemieux signent une convention selon laquelle M. Lemieux est responsable de la garde provisoire des dossiers des patients de M. Laplante.

Puis, en juin, M. Laplante vend les dossiers de ses patients à Serge Lemieux.

Cette vente survient après que François Laplante soit lui-même radié temporairement de l'Ordre des audioprothésistes, pour une période de 18 mois.

À la suite de cette vente, Serge Lemieux effectue le suivi des patients de M. Laplante à distance, puisque les bureaux de ce dernier sont situés en Estrie et que M. Lemieux travaille à Rouyn-Noranda.

Serge Lemieux rapporte qu’il effectuait des suivis et parfois des appels par visioconférence avec le personnel présent au bureau de Sherbrooke afin de voir les prothèses nécessitant une réparation.

Les appareils de tous les patients étaient acheminés au fabricant Audio Contrôle, dont le bureau est situé dans le même immeuble que celui de M. Laplante.

M. Lemieux n’a jamais rencontré aucun de ces 30 patients.

Le Conseil de discipline, dans son jugement, affirme que M. Lemieux s’en remet au personnel en Estrie, et abdique son rôle d’audioprothésiste au bénéfice du fabricant Audio Contrôle, lui aussi en Estrie.

Contacté par Radio-Canada, le syndic de l’Ordre des audioprothésistes du Québec, Gino Villeneuve, qui fait office de plaignant dans cette affaire, a refusé notre demande d’entrevue.

Par courriel, il a néanmoins précisé qu’il s’agit d’un dossier dont l’issue est toujours pendante puisque la décision [...] ne vise que la radiation provisoire de Monsieur Lemieux, ajoutant que considérant que le fond du dossier n’a toujours pas été abordé devant le Conseil de discipline de l’Ordre des audioprothésistes du Québec, nous ne sommes pas en mesure d’émettre de commentaire sur cette affaire pour le moment.

Au moment d’écrire ces lignes, nos demandes pour des commentaires de la part de l’avocat de Serge Lemieux étaient demeurées sans réponse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !