•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quel impact aura le prix de l’essence quant au tourisme sur la Côte-Nord?

Chargement de l’image

Le « slow tourism », ou tourisme lent, est à prévoir cet été, selon le directeur général de Tourisme Côte-Nord (archives).

Photo : Radio-Canada / Lambert Gagné-Coulombe

Chargement de l’image

Les touristes ont été plus nombreux que jamais à arpenter les routes de la Côte-Nord durant les deux derniers étés de pandémie. Selon un sondage réalisé par la Fédération québécoise de camping et de caravaning (FQCC), toutefois, le prix élevé de l’essence pourrait influencer les plans de vacances de plusieurs cet été.

Selon le sondage réalisé il y a quelques semaines sur le site web de la FQCC, 17 % des répondants ont indiqué qu’ils vont camper moins loin de la maison et 20 % comptent rester plus longtemps au même camping, pour réduire le nombre de kilomètres.

Cette tendance au slow tourism, ou tourisme lent, est à prévoir cet été, selon le directeur général de Tourisme Côte-Nord, Paul Lavoie.

« On nous dit que la conséquence qui est à prévoir, ce n'est pas une diminution des voyages, mais une transformation des voyages. »

— Une citation de  Paul Lavoie, directeur général de Tourisme Côte-Nord

Après deux ans de pandémie, les gens ne sont pas nécessairement prêts à faire de gros compromis sur leurs vacances, estime le directeur général.

Plutôt que de sauter dans le char et de rouler 2000 km en trois semaines, les gens vont se rendre à un endroit, par exemple Havre-Saint-Pierre, et y rester quatre ou cinq jours plutôt qu'une seule nuit, lance-t-il. Il s’agit d’un style de tourisme qui permet de mieux s’imprégner d’un endroit tout en diminuant le nombre de kilomètres parcourus, explique Paul Lavoie.

Chargement de l’image

Paul Lavoie est le directeur général de Tourisme Côte-Nord (archives).

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

La directrice des communications à la Fédération québécoise de camping et de caravaning, Louise Gagnon, estime qu'une majorité de gens ne vont pas changer leurs habitudes en raison du prix de l’essence. Il y en a là-dedans qui ont réservé leur emplacement de camping depuis le mois de janvier, raconte-t-elle.

La Côte-Nord, destination abordable

Lors du sondage de la FQCC, 20 % des répondants ont indiqué qu’ils comptaient quand même faire du camping et couper ailleurs dans leurs dépenses.

Selon Paul Lavoie, la Côte-Nord pourrait aussi montrer une autre de ses facettes aux touristes cet été, économique cette fois. Une fois rendu, c'est une destination qui est beaucoup moins chère que les autres régions. Nos plages sont encore largement publiques, nos hébergements sont moins chers, et il y a beaucoup d'activités qu’on peut faire à un coût très raisonnable, raconte-t-il.

Chargement de l’image

Les plages de la Côte-Nord sont en majorité publiques et faciles d'accès.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Selon les échos qu'il a reçus du milieu touristique nord-côtier, les réservations avancent bien pour cet été. C’est toutefois moins achalandé qu’en 2020 et en 2021, selon Paul Lavoie.

Les gens comparent à 2021, où ça s'était ''booké'' en janvier à cause du couvre-feu et du déconfinement. C’était une année exceptionnelle. On revient dans des zones un peu plus normales, lance-t-il. Le contexte sanitaire explique en partie ce printemps plus lent, selon lui.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !