•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Russie examine le plan de paix proposé par l’Italie pour l’Ukraine

Chargement de l’image

Vladimir Medinsky et Andreï Roudenko (à l'arrière-plan) dirigent les négociations du côté russe.

Photo : Associated Press / Maxim Guchek

Agence France-Presse

La Russie a reçu le plan de paix proposé par l'Italie et est en train de l'étudier, a déclaré lundi le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Andreï Roudenko, cité par les agences russes.

Nous l'avons reçu il y a peu de temps. Nous sommes en train de l'étudier, a-t-il déclaré, soulignant qu'il n'était pas en discussion avec l'Italie à l'heure actuelle.

Quand nous aurons fini de l'étudier, nous dirons ce que nous en pensons, a-t-il ajouté.

Le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, a annoncé vendredi que son pays avait proposé à l'ONU la constitution d'un groupe international de facilitation pour tenter de parvenir pas à pas à un cessez-le-feu en Ukraine.

Pour Luigi Di Maio, le groupe de facilitation proposé par l'ONU doit essayer de reconstruire le dialogue entre les deux parties qui, en ce moment, sont en guerre.

Un plan en quatre étapes

Les détails de ce plan n'ont pas été publiés, mais selon le quotidien italien La Repubblica, le document très détaillé remis à l'ONU et élaboré par les diplomates du ministère italien des Affaires étrangères prévoit quatre étapes :

  • un cessez-le-feu en Ukraine et la démilitarisation du front sous la supervision de l'ONU;
  • des négociations sur le statut de l'Ukraine, qui entrerait dans l'UE, mais pas dans l'OTAN;
  • un accord bilatéral entre l'Ukraine et la Russie sur la Crimée et le Donbass (ces territoires disputés auraient une pleine autonomie avec le droit d'assurer leur propre sécurité, mais seraient sous la souveraineté ukrainienne);
  • la conclusion d'un accord multilatéral de paix et de sécurité en Europe qui aurait notamment pour objet le désarmement, le contrôle des armes et la prévention des conflits.

Dimanche, le négociateur russe Vladimir Medinski a affirmé que la Russie était prête à reprendre des pourparlers de paix avec l'Ukraine, assurant que leur suspension était due à Kiev.

La veille, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait souligné que la guerre ne pourrait prendre fin que par des moyens diplomatiques.

Plusieurs rencontres entre des négociateurs des deux camps ont eu lieu, mais n'ont donné aucun résultat concret.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !