•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un service de consultation psychosociale voit le jour pour les producteurs agricoles

Chargement de l’image

Les producteurs laitiers sont particulièrement touchés par le stress et l'anxiété.

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon-Lalancette

Radio-Canada

Les producteurs agricoles de la région qui désirent du soutien psychologique peuvent maintenant se tourner vers une ressource unique en son genre grâce à l’initiative d’une travailleuse sociale de Dolbeau-Mistassini.

Elle-même productrice agricole, Mélissa Verreault a mis sur pied un service d’aide psychosociale adapté à la réalité du monde agricole. Elle rencontre ses patients dans différents environnements, que ce soit en pleine nature en marchant ou autour d’un café en déjeunant. L’objectif derrière cette forme de rencontre est de créer un contexte propice à la confidence.

« On sort du cadre formel qui peut être parfois intimidant dans un bureau de rencontre. »

— Une citation de  Mélissa Verreault, travailleuse sociale et productrice agricole

Selon diverses études parues au fil des ans, les producteurs agricoles sont nombreux à vivre avec une fatigue chronique en raison de la surcharge de travail auquel ils sont confrontés quotidiennement. Cette fatigue cause de l’anxiété et du stress. À cela s’ajoutent les défis financiers qui frappent certains agriculteurs.

Chargement de l’image

Un travailleur agricole laboure un champs avec un tracteur.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Comme productrice, Mélissa Verreault est à même de comprendre la réalité du milieu. De connaître le monde agricole, les difficultés que ça entraîne et la vulnérabilité à travers le monde agricole aide, et d’être productrice me permet de mieux cibler la réalité des différentes sphères de vie des producteurs, explique-t-elle.

Elle avoue avoir vécu elle-même un épisode de stress avec son conjoint.

Je l’ai vécu avec mon conjoint lors d’une construction. Ça a été mis à rude épreuve et ça nous a sensibilisés sur tout le risque qui existe autour de ça et l’isolement que les producteurs vivent, pointe la travailleuse sociale.

La solitude fait aussi partie de la détresse psychologique vécue par les producteurs, de là l’importance selon Mélissa Verreault de bien s’entourer malgré les horaires de travail atypiques.

Une des ressources importantes est d’être capable d’aller chercher de l’aide et d’avoir un bon réseau qui permet de détecter les difficultés lorsqu’on est dans une situation plus vulnérable.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !