•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des foyers toujours sans électricité à Ottawa, dans l’est ontarien et en Outaouais

Chargement de l’image

Les équipes de la Ville d'Ottawa réparent les dégâts causés par les forts vents sur la rue Bank.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Radio-Canada

Les équipes d’Hydro-Québec et d’Hydro Ottawa multiplient toujours les efforts pour permettre aux citoyens d'avoir de nouveau du courant. Malgré tout, de nombreux résidents d’Ottawa, de l'est ontarien et de l’Outaouais sont toujours privés d’électricité, vendredi soir.

Selon les plus récentes informations consultées vers 21 h, plus de 22 000 foyers de la région étaient toujours sans électricité.

Quelque 19 000 clients d'Hydro Ottawa étaient privés de courant. Dans l'est ontarien, Hydro One comptait plus de 6900 clients en panne.

En Outaouais, la situation s'est amélioré. Samedi, ce sont environ 3779 usagers qui attendaient d'être rebranchés en soirée. À Gatineau, 58 clients étaient encore dans le noir.

Chargement de l’image

« Ne composez pas le 311 si ce n’est pas urgent », a rappelé Jim Watson.

Photo : Radio-Canada / Patrick Louiseize

La majeure partie du système opérationnelle à Ottawa, selon Hydro-Ottawa

Le fournisseur Hydro Ottawa avait indiqué plus tôt cette semaine qu'il espérait que la majorité des clients soit rebranchée vendredi.

Nous espérons sincèrement, si le temps le permet, que l'essentiel de notre réseau électrique sera opérationnel d'ici demain soir , a déclaré le PDG d'Hydro Ottawa, Bryce Conrad, lors d'une mise à jour de la ville jeudi après-midi.

Plus tôt cette semaine, le maire d'Ottawa, Jim Watson, avait demandé aux citoyens d'être patients et avait affirmé que la plupart retrouveront le courant d’ici vendredi.

Chargement de l’image

À Ottawa, les dégâts étaient toujours très visibles plus de 36 heures après la tempête (archives).

Photo : Radio-Canada / Gabriel Le Marquand Perreault

Des équipes d'Hydro Ottawa sont en poste 24 heures sur 24 afin de restaurer l'électricité.

Alain Gonthier, directeur général des travaux publics de la ville, a déclaré jeudi que même si la pluie a commencé et se poursuivra probablement tout au long du week-end, les équipes seront « là-bas ».

Du renfort de la grande région de Toronto, de Kingston, mais aussi du Nouveau-Brunswick sont venus prêter main-forte.

L'opération est d'ailleurs plus importante que lors de la tornade de 2018 ou même la crise du verglas de 1998, a affirmé Hydro Ottawa. Bien que la tempête de samedi dernier ait été très brève, elle a touché tous les secteurs de la ville d'Ottawa.

Environnement Canada a indiqué mercredi que la violente tempête de vent qui a secoué la région de la capitale nationale et l’est ontarien, samedi 21 mai, n’est pas une tornade, mais un derecho.

Un derecho, explique-t-on, est une tempête de vent de grande envergure et de longue durée associée à une ligne d'orages.

Chargement de l’image

Plusieurs câbles électriques sont tombés lors du passage de la tempête à Ottawa (archives).

Photo : Hydro Ottawa

Vendredi matin, en point de presse à Lachute, le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Jonathan Julien, a indiqué qu'environ 30 000 clients sont encore touchés à l'échelle de la province.

Ça fait six jours. On comprend bien que la patience des gens qui sont encore touchés est mise à rude épreuve. Mais je tiens à les rassurer : on a 2000 personnes toujours à pied d’œuvre depuis six jours, ils travaillent 16 h par jour. On n’a pas diminué les efforts, au contraire, on a augmenté les efforts. Ce qu’on observe, c’est que l’expérience qu’on vit en ce moment est sans commune mesure avec celle qu’on a vécu en 2019, qui avait touché plus de monde. La nature des réparations à apporter au réseau est gigantesque.

Le vice-président de l'exploitation et de l'expérience client d'Hydro-Québec, Éric Fillion, explique que la tâche est majeure.

On ne doit pas réalimenter nos clients, on doit reconstruire le réseau! C’est ça qui est beaucoup plus long, a-t-il dit.

« On travaille très fort pour la fin du week-end, mais c’est sûr qu’il va rester quelques cas plus complexes pour le début de la semaine. »

— Une citation de  Éric Fillion, vice-président de l’exploitation et expérience client chez Hydro-Québec

D'autres pannes se sont ajoutées dans la nuit de jeudi à vendredi, a précisé M. Fillion qui demande aux résidents de continuer à être patients et surtout, de ne pas s'approcher des fils ou toucher aux arbres tombés.

Cette nuit, on a eu quelques rafales qui ont malheureusement augmenté le nombre de clients en panne. On est monté à 40 000 . Heureusement, on suspecte que ce sont de petits arbres qui ont touché nos fils, donc on espère pouvoir réparer ça rapidement. [...] On espère amener [le nombre de clients touchés] à 20 000, demain matin [samedi]. Donc, on a encore un très gros week-end devant nous.

Chargement de l’image

En Outaouais, dans le secteur de Hull, un arbre déraciné a considérablement modifié l'apparence de cette cour arrière (archives).

Photo : Radio-Canada / Nathalie Tremblay

Ouverture de centres d’urgence

En attendant, la Ville d’Ottawa a ouvert une douzaine de centres d’urgence pour offrir un accès à des salles de bain, à de l'électricité et même à de la nourriture aux gens qui n’en ont plus à la maison.

Dans l’est ontarien, l’aréna de Clarence Creek sert d’abri à des résidents.

À Chelsea, en Outaouais, la Municipalité utilise le Centre Meredith pour offrir les mêmes services. Des centres sont également ouverts à Cantley et à La Pêche.

De son côté, la Ville de Gatineau a ouvert ses premiers centres de répit lundi, en début d’après-midi.

Les douches des centres aquatiques Paul-Pelletier et du Centre sportif sont maintenant accessibles. On peut également utiliser des stations de recharge pour téléphones, tablettes et ordinateurs.

Tous les quartiers ont été touchés

Depuis que la tempête a frappé tous les quartiers de sa ville, le maire d’Ottawa, Jim Watson, continue de multiplier les interventions sur le terrain et dans les médias.

Chargement de l’image

Le maire Jim Watson s'est rendu à Stittsville le dimanche 22 mai pour rencontrer les citoyens touchés (archives).

Photo : Radio-Canada / Rosalie Sinclair

Aux citoyens qui ont besoin d’aide, Jim Watson rappelle l’importance de bien trier les appels urgents. Le 911 quand une personne est en danger, le 311 quand personne n’est en danger. Ne composez pas le 311 si ce n’est pas urgent, a demandé le maire.

Une des priorités de la Ville pour le moment, outre le ramassage des débris sur les routes et les terrains, est de procéder à la collecte de la nourriture pourrie en raison du manque de courant. C'est un problème de santé publique, a dit le maire.

On compte déjà neuf endroits où des bacs ont été installés pour que les résidents puissent aller eux-mêmes se départir de leurs déchets. Parmi ceux-ci, on trouve le Complexe récréatif Minto, la Bibliothèque d’Orléans et le Centre commémoratif de Navan.

D’autres seront ajoutés, a promis la Ville dans un communiqué publié mardi après-midi.

Achalandage à Hawkesbury

Dans l’est ontarien, plusieurs villes ont subi les foudres de dame Nature au cours de la dernière fin de semaine. Hawkesbury en fait partie.

Chargement de l’image

Dans l'est ontarien, Hawkesbury a aussi eu à affronter la tempête et ses conséquences (archives).

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Le travail se poursuivait sur le terrain, où d'importants dégâts ont été constatés, selon le maire de Clarence-Rockland, Mario Zanth. L'objectif principal : libérer les chemins pour permettre de rétablir le courant dans toutes les résidences touchées.

Présentement, tous les chemins sont rouverts, a assuré le maire mardi en entrevue à RDI. L’électricité est revenue dans le village de Rockland et aussi, je crois, dans une partie de Clarence-Creek. Par contre, c’est sûr que les parties affectées par la tornade sont encore très endommagées.

Selon lui, quelque 200 poteaux électriques ont été détruits, ainsi qu'une vingtaine de maisons.

Quatre décès liés à la tempête dans la grande région d'Ottawa

Jusqu’à maintenant, la tempête a coûté la vie à au moins dix personnes au Québec et en Ontario. Une onzième victime a été recensée, jeudi, dans la municipalité de Marmora & Lake, en Ontario.

Dans la grande région de la capitale nationale, quatre résidents sont décédés à la suite du passage d’orages violents.

Une femme de 51 ans a péri dans la rivière des Outaouais, dans le secteur Masson-Angers. Son ponton a chaviré. Une autre personne a été blessée.

Chargement de l’image

Cette voiture blanche a été écrasée par un arbre samedi soir à Ottawa (archives).

Photo : Radio-Canada / Rosalie Sinclair

Dans l’ouest d’Ottawa, une femme de 80 ans est décédée dimanche après-midi après avoir été happée par un arbre près de la municipalité de Lanark.

Un homme de 59 ans a poussé son dernier souffle après avoir été happé par un arbre lorsqu’il se trouvait au Canadian Golf and Country Club, à Ottawa.

Dans le comté de Renfrew, un arbre a heurté un homme de 44 ans, qui en est mort.

Les violents orages de samedi ne sont pas considérés comme une tornade. Mercredi matin, l’équipe du Projet des tornades du Nord de la Western University a indiqué qu'il s'agit plutôt de rafales particulièrement intenses. La vitesse maximale a atteint 190 km/h par endroits. On appelle ce phénomène derecho.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !