•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pays baltes cessent d’importer de l’électricité russe

Chargement de l’image

L'Estonie, la Lituanie et la Lettonie ont toutes trois décidé de s'affranchir de leurs liens énergétiques avec la Russie.

Photo : Reuters / Ints Kalnins

Agence France-Presse

À la suite des sanctions internationales imposées à la Russie après son invasion en Ukraine, l'exportateur d'électricité russe Inter RAO a perdu depuis dimanche la possibilité de vendre de l'électricité à ses clients dans les pays baltes.

Il s'agit d'une étape importante sur notre chemin vers l'indépendance énergétique, a déclaré dimanche à l'Agence France-Presse le ministre lituanien de l'Énergie, Dainius Kreivys.

Vendredi, la bourse de l'énergie Nord Pool a envoyé une notification à Inter RAO selon laquelle cette dernière était interdite de commerce dans les pays baltes à la suite des sanctions internationales.

Depuis des années, la Lettonie, la Lituanie et l'Estonie s'efforcent d'atteindre l'indépendance énergétique vis-à-vis de Moscou en augmentant la production intérieure d'électricité de même qu'en construisant des interconnexions de réseaux avec la Scandinavie et d'autres pays voisins.

En conséquence, les importations d'électricité de la Russie vers la Lettonie et la Lituanie, qui s'élevaient auparavant à 1300 mégawattheures (MWh) par an, ont chuté à 300 MWh l'an dernier et sont désormais totalement arrêtées.

La Lettonie a importé sa dernière électricité russe au début du mois de mai, tandis que la Lituanie et l'Estonie ont cessé d'en acheter dimanche.

En refusant d'importer les ressources énergétiques russes, nous refusons de financer l'agresseur, a encore déclaré le ministre lituanien.

L'électricité russe a représenté 17 % des importations d'électricité en Lituanie l'an dernier.

Samedi, c'est la Finlande qui s'est fait couper le gaz, le fournisseur russe Gazprom ayant fermé les robinets parce que l'entreprise finlandaise Gasum avait refusé de payer ses factures en roubles, comme l'a récemment exigé Moscou.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !