•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La première mine canadienne de terres rares livre ses premiers minéraux

Chargement de l’image

La mine de Cheetah Resources, dans les Territoires du Nord-Ouest, offre ses premiers minéraux (archives).

Photo : La Presse canadienne / HO-Cheetah Resources/billbradenphoto

Presse canadienne

La première mine de terres rares à être exploitée au Canada a commencé à livrer les premiers minéraux concentrés extraits dans ses installations des Territoires du Nord-Ouest.

Le Canada et ses alliés se libèrent de la chaîne d'approvisionnement en terres rares en provenance de la Chine, soutient David Connelly, le président de Cheetah Resources, l'entreprise à laquelle appartient la mine Nechalacho, située au sud-ouest de Yellowknife.

Les terres rares sont un groupe de métaux aux propriétés communes comme l'ytterbium, le lanthane ou le gadolinium. Ces minéraux sont essentiels à la fabrication des ordinateurs, des diodes électroluminescentes, des éoliennes, des véhicules électriques et de plusieurs autres produits nécessaires pour diminuer l'empreinte carbone de l'humanité.

Les experts prédisent que ce marché connaîtra une forte croissance, passant de 6,8 milliards de dollars en 2021 à plus de 12 milliards de dollars d'ici 2026.

À l'heure actuelle, près de 60 % de ces minéraux sont extraits en Chine. L'exploitation minière mondiale est elle aussi entre les mains d'entreprises chinoises. L'arrivée de Nechalacho pourrait changer la donne.

Nechalacho est une des rares mines en Amérique du Nord qui ne fournissent pas leur production à la Chine, affirme David Connelly.

Extraire, trier et séparer les minéraux

Ce gisement qui contient 15 éléments différents a été découvert en 1983. L'idée d'exploiter la mine a été soumise aux autorités il y a plus d'une décennie.

Toutefois, ce projet nécessite une grande quantité d'eau et pourrait entraîner la création de grands bassins de résidus. Les autorités environnementales des Territoires du Nord-Ouest l'ont approuvé tout en rappelant qu’il pourrait avoir des répercussions qui nécessiteraient des mesures d'atténuation des risques.

Les minéraux bruts sont réduits à la taille d'un gravier avant de passer sous un détecteur. C'est une grosse machine à rayons X sur un tapis roulant, qui sépare le quartz blanc des autres éléments plus lourds et plus denses, décrit David Connelly.

Le produit concentré est transporté par péniche jusqu'à Hay River. De là, il sera livré par train à une usine de traitement des terres rares construite par Vital Metals, une entreprise à laquelle appartient Cheetah, à Saskatoon. Dans ce secteur, le gouvernement provincial veut établir un site de traitement des terres rares et un centre de recherche.

Les premières cargaisons devraient arriver à l'usine en juin.

Le produit raffiné sera vendu à un client en Norvège. Là, chaque élément individuel sera séparé des autres et transformé en barres métalliques.

Des milliers de tonnes de minerai produits chaque année

Nechalacho espère produire 25 000 tonnes de concentrés par année d'ici 2025. Le gisement est assez vaste pour assurer l'approvisionnement pendant plusieurs décennies, estime David Connelly.

Lorsque la production aura atteint son plus haut niveau, la mine emploiera environ 150 personnes dans les Territoires du Nord-Ouest et environ 40 autres à Saskatoon.

À l'heure actuelle, 40 des 50 employés de la mine demeurent dans le Nord, ajoute M. Connelly. Environ 70 % d'entre eux sont autochtones. Cheetah a signé une entente d’exploitation minière avec la Première Nation des Dénés Couteaux-Jaunes.

David Connelly dit que son entreprise espère pouvoir établir un partenariat avec les divers groupes autochtones de la région.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !