•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse des infestations de coquerelles à Prince George

Chargement de l’image

En cas d'infestation de coquerelles, l'important est de ne pas paniquer, mais de faire appel à des professionnels, dit l'exterminateur Chris Milligan.

Photo : Fournie par Chris Milligan

Radio-Canada

Si les infestations de coquerelles n’ont jamais été un problème important dans le nord de la Colombie-Britannique, elles semblent devenir de plus en plus nombreuses, selon un exterminateur des environs de Prince George.

Nous avons vu une importante augmentation [du nombre de coquerelles] dans la dernière année et demie, constate Chris Milligan, le directeur régional de l’entreprise d’extermination Orkin.

Lors de son entrée en poste, il y a trois ans, l’entreprise recevait un ou deux appels par an pour des infestations de coquerelles. Aujourd’hui, les exterminateurs en reçoivent deux par semaine.

Les coquerelles apprécient généralement les régions tropicales et subtropicales, mais elles peuvent aussi s’installer dans des lieux habités par l’être humain dans les secteurs nordiques, où elles se cachent durant le jour et sortent la nuit pour se nourrir des restes de nourriture laissés par ceux qui occupent les lieux.

Des créatures peu appréciées

L’écologiste Dezene Huber, de l’Université du Nord de la Colombie-Britannique, explique que malgré leur faible taux de popularité auprès des êtres humains, les coquerelles ont un rôle à jouer dans les écosystèmes.

Les gens ne les aiment généralement pas, explique-t-il. Leurs résidus peuvent devenir de la poussière à laquelle les gens sont allergiques. Elles peuvent aussi transporter des maladies.

Les raisons pour lesquelles ces insectes se multiplient dans le nord de la province demeurent incertaines. Si certains pensent que les changements climatiques sont un facteur, Dezene Huber voit dans l’augmentation de la population une autre explication possible.

Ça peut être simplement parce qu’il y a plus de mobilité, note-t-il. Elles ont pu se déplacer par divers moyens commerciaux ou en circulant avec les personnes, lors d’échanges de biens ou de déménagements, cite-t-il en exemple.

Selon Chris Milligan, quelle que soit la raison de la présence des insectes, l’important, lorsque l’on en découvre, est de ne pas paniquer, [mais] d’appeler des professionnels.

Avec les informations de Winston Szeto et de l’émission Daybreak North

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !