•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Orages violents de samedi : neuf Ontariens sont morts

Une ligne électrique endommagée.

Des poteaux électriques ont été endommagés un peu partout dans le sud de la province, comme ici, à Whitby.

Photo : CBC/Michael Charles Cole

Radio-Canada

Neuf Ontariens ont perdu la vie lors de l’orage violent qui a traversé le sud de l’Ontario samedi après-midi. De plus, bon nombre de foyers de la province étaient toujours privés d’électricité, lundi.

En Ontario, des branches d'arbres brisées sont en cause dans les neuf cas. De plus, une femme de 51 ans est morte sur la rivière des Outaouais, du côté québécois, lorsque son embarcation a chaviré.

La première victime, une femme de 27 ans, se trouvait dans une roulotte près du lac Pinehurst, à l’ouest d'Hamilton, lorsqu’un arbre s’est effondré sur sa roulotte peu après midi samedi. Deux autres personnes ont été blessées dans l’incident.

À Brampton, une septuagénaire a été frappée par une branche d'arbre pendant qu’elle marchait à l’extérieur. Transportée à l’hôpital, elle n’a pas survécu à ses blessures, rapporte la police régionale de Peel.

Du côté du canton de North Kawartha, près de la ville de Peterborough, une femme de 64 ans a également été frappée par un arbre qui tombait. Elle est morte sur les lieux de l'incident.

Un panneau d'arrêt endommagé et un arbre brisé.

Un panneau d'arrêt a été endommagé par un arbre.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

À Ottawa, le service de police a indiqué qu’un arbre était tombé sur un homme âgé de 59 ans sur un terrain de golf situé à l’ouest de la ville. Enfin, un homme de 44 ans a été tué dans le Greater Madawaska, à l’ouest d’Ottawa.

À Port Hope, une femme de 74 ans est morte, frappée par un arbre brisé.

Puis, dans la région de Durham, en banlieue de Toronto, un homme de 30 ans qui était dans la forêt Ganaraska a été frappé par un arbre lorsque celui-ci est tombé en raison des vents. Sa mort a été constatée sur les lieux.

Du côté de Ferguson's Falls, un petit village au sud-ouest d'Ottawa, une femme de 80 ans est morte, elle aussi frappée par un arbre brisé.

Et, selon la police de Peterborough, un homme de 61 ans est mort à Lakefield.

Beaucoup de dégâts

Les villes ontariennes d'Uxbridge, au nord de Toronto, et de Clarence-Rockland, à l'est d'Ottawa, ont déclaré l'état d'urgence en raison de l'étendue des dégâts, dimanche.

À midi lundi, 196 000 foyers clients d'Hydro One étaient toujours sans courant. Ces quelques jours ont été difficiles avec des dégâts et des pannes généralisés, et nous faisons tout notre possible pour reconstruire le réseau de la manière la plus sûre et la plus efficace possible, peut-on lire sur la page Twitter du distributeur.

Hydro Toronto, de son côté, rapportait environ 4000 foyers sans électricité, lundi matin. Selon le porte-parole, Russell Baker, 110 000 foyers ont perdu le courant à Toronto samedi durant la tempête.

Un véhicule de loisirs sur le côté.

La tempête a projeté ce véhicule de loisirs sur le côté, près de Bowmanville, à l'est de Toronto.

Photo : CBC/Larry Guerriero

La carte des pannes du site web de Toronto Hydro a elle-même été en panne pendant plusieurs heures, mais a été rétablie dimanche après-midi.

Les services d'incendie d'Ottawa ont déclaré sur Twitter que les pompiers, la police et les ambulanciers paramédicaux de la ville avaient répondu à environ 3000 appels au 911 entre 16 h et minuit samedi, 2000 d'entre eux dans les trois premières heures de la tempête.

Un type d’orage typique des États-Unis

Francis Lavigne-Thériault est assistant de recherche pour le Projet des tornades du Nord à l’Université Western, à London. Selon lui, ce type d’orage est appelé derecho, qui veut dire droit devant en espagnol, et est relativement rare au Canada.

Des phénomènes comme ça, ça arrive plus souvent vers la fin de l’été et c’est relativement rare dans le sud de l’Ontario en mai, dit-il. C’est plutôt un système qu’on verrait à la fin de l’été dans le Midwest des États-Unis.

Il ajoute que la dernière fois que l’Ontario a vu une telle tempête dans des zones densément peuplées date des années 1990.

« Ça peut toujours être pire, mais cinq décès [au moment de l'entrevue], c'est beaucoup pour une tempête en Ontario. »

— Une citation de  Francis Lavigne-Thériault, assistant de recherche pour le Projet des tornades du Nord

Par ailleurs, deux équipes du Projet des tornades du Nord sont sur le terrain dimanche pour faire état des dommages dans le sud-ouest de l’Ontario et dans la région d’Ottawa.

Nous faisons un déploiement complet pour voir s’il y a eu des tornades dans la ligne de tempête qu’on a vue hier, explique-t-il.

Le Projet des tornades du Nord collabore avec Environnement Canada et compte faire des analyses grâce à des drones et à des satellites pour compléter son enquête.

Un arbre brisé sur une voiture à Toronto.

Un arbre sur une voiture à Toronto à la suite de l'orage violent qui a frappé le sud de l'Ontario samedi.

Photo : CBC/Marivel Taruc

De son côté, Environnement Canada indique que la ligne d’orage s’est formée près de Sarnia tard samedi matin. Des rafales destructrices ont été signalées dans un large couloir du sud de l’Ontario alors que les orages traversaient le secteur.

L’agence météorologique déclare d’ailleurs que les rafales ont atteint 132 km/h dans la région de Kitchener-Waterloo, un sommet en Ontario pendant l’orage. Les rafales ont atteint 120 km/h à l’aéroport international de Pearson à Toronto ainsi qu’à l’aéroport international d’Ottawa.

Les chefs politiques offrent leurs condoléances

Samedi soir, plusieurs politiciens ont réagi à la tempête sur leur compte Twitter.

Le chef du Parti progressiste-conservateur, Doug Ford, a offert ses condoléances aux familles des victimes de l’orage.

Même son de cloche du côté de Steven Del Duca, le chef du Parti libéral de l'Ontario, et de la cheffe du NPD, Andrea Horwath, qui a également remercié les premiers répondants d'avoir réagi rapidement aux urgences.

Avec des informations de Camille Feireisen, d'Anne-Marie Trickey et de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !