•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dur lendemain de tempête à Ottawa, en Outaouais et dans l’Est ontarien

Le rare phénomène météorologique « derecho » a frappé l'Ontario et le Québec samedi.

Chargement de l’image

Plusieurs impacts dans le quartier Rideau-Rockcliffe au lendemain de la tempête

Photo : Radio-Canada / Rosalie Sinclair

Au lendemain d’une violente tempête qui a fait quatre morts dans la région de la capitale fédérale, bon nombre de foyers et de commerces étaient toujours privés d’électricité dimanche soir.

À lire aussi :

Le point sur la situation lundi matin : De nombreux citoyens toujours privés d’électricité à Ottawa et en Outaouais

Vers 21 h dimanche, environ 60 000 clients d’Hydro-Québec, en Outaouais, étaient toujours privés de courant. Plusieurs milliers d’usagers ont toutefois été rebranchés en cours de soirée. Au plus fort de la tempête, près de 120 000 clients n'avaient pas d'électricité à leur domicile.

Au même moment, du côté d’Ottawa, plus de 170 000 abonnés d’Hydro Ottawa étaient dans le noir.

Le directeur général des services de protection et d'urgence de la Ville d’Ottawa, Kim Ayotte, a d’ailleurs indiqué en point de presse dimanche en fin de journée que les opérations pour rétablir le courant dans les différents secteurs de la ville pourraient prendre de deux à quatre jours.

Dans les rues d’Ottawa, de l’Outaouais et de l’Est ontarien, les dégâts sont considérables : des arbres ont été déracinés et des toitures ont été arrachées.

Les municipalités ont travaillé d’arrache-pied, dimanche, afin de mobiliser toutes leurs ressources pour les citoyens touchés par les orages violents.

Chargement de l’image

Cette voiture blanche a été écrasée par un arbre samedi soir à Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Rosalie Sinclair

Refuges d'urgence

Du côté d’Ottawa, la Ville a ouvert plusieurs centres d’accueil d’urgence pour offrir, entre autres, un accès à des salles de bain, à de l’air climatisé et à du courant électrique pour recharger les appareils électroniques. Le centre communautaire Carleton Heights ainsi que le complexe récréatif Cardelrec (Goulbourn) sont ouverts depuis 10 h dimanche.

Le centre récréatif Plant, au 930, rue Somerset Ouest, est également à la disposition des résidents affectés par les orages.

En cours de journée, dimanche, la Ville a annoncé l’ouverture de sites additionnels sur le territoire. Le centre récréatif François-Dupuis, situé au 2263, boulevard Portobello, l’aréna Centennial Howard-Darwin, au 1765, rue Merivale, et le centre communautaire Hunt Club-Riverside Park, au 3320, promenade Paul-Anka, sont à la disposition des résidents.

Il est également possible pour les personnes affectées par les orages de se rendre à l’aréna de Richmond, au 6095, rue Perth, à l’aréna J.A.-Dulude, au 941, avenue Clyde, ou encore à l’aréna Bernard-Grandmaître, au 309, avenue McArthur, dans le secteur Vanier.

Le maire Jim Watson s'est rendu au complexe Cardelrec à Stittsville dimanche. En entrevue avec Radio-Canada, il a dit comprendre l'exaspération de ses concitoyens, qui ont hâte que l'alimentation en électricité soit rétablie. Malgré tout, ceux-ci devront s’armer de patience.

« Deux ou trois jours vont être nécessaires pour que l'alimentation en électricité soit rétablie pour tout le monde. »

— Une citation de  Jim Watson, maire d'Ottawa

Pour l'instant, la priorité consiste à enlever les arbres dans les rues où il y a des urgences pour les ambulances, la police et les pompiers, a-t-il expliqué, mentionnant qu’il n’était pas prévu de décréter l’état d’urgence pour l’instant.

Chargement de l’image

Le maire Jim Watson s'est rendu à Stittsville dimanche matin pour rencontrer les citoyens affectés par les orages.

Photo : Radio-Canada / Rosalie Sinclair

Entre 15 h samedi et 11 h dimanche, le Service de police d'Ottawa (SPO) a été déployé pour répondre à quelque 2400 appels. La police a dit avoir reçu trois fois plus d'appels 911 que d’habitude samedi.

Chargement de l’image

À Gatineau, l'école secondaire 041, en construction, n'a pas été épargnée par la tempête de samedi.

Photo : Radio-Canada / Charles Lalande

Du côté de Gatineau, la mairesse France Bélisle n'a pas accordé d'entrevue puisqu'elle se trouve à son chalet, selon son attaché de presse. Elle s’est toutefois exprimée par le truchement des réseaux sociaux. Elle a précisé que toutes les installations municipales des services publics essentiels fonctionnent.

Certaines infrastructures de loisirs peuvent être fermées aujourd’hui en raison des conditions [météorologiques], a-t-elle indiqué. Simultanément, la Ville de Gatineau a annoncé la fermeture de cinq centres sportifs de la région.

France Bélisle a également informé les Gatinois que les difficultés techniques du 311 sont désormais chose du passé­.

Attention aux intoxications alimentaires

Alors que les pannes de courant perdurent depuis plus de 24 heures dans certains secteurs, des aliments du frigo et du congélateur pourraient perdre de leur fraîcheur et présenter un risque d’intoxication alimentaire s'ils sont consommés. Pour toute panne de plus de six heures, un tri des aliments s'impose, a prévenu le CISSS de l’Outaouais dimanche.

On veut que les gens fassent attention à la nourriture. [...] Il y a certains aliments comme les produits laitiers, la viande et le poisson qui ont besoin d’être gardés à une température adéquate et qui peuvent présenter un risque pour la santé si on les consomme, a indiqué la Dre Camille Paquette, médecin spécialiste en santé publique au CISSS de l'Outaouais.

Record de vents pour la région

Selon Environnement Canada, les rafales de samedi ont atteint 120 km/h à l'aéroport international d'Ottawa. La dernière fois que les vents y avaient atteint une telle force, c'était en 1962.

Dans la nuit de samedi à dimanche, la Ville d’Ottawa a informé la population qu'elle était en intervention accrue à la suite de la forte tempête.

De multiples signalements de pannes d’électricité, de dommages à des propriétés et d’arbres tombés, tout particulièrement dans les secteurs de Navan, Stittsville, Merivale et Hunt Club, ont été faits, peut-on lire dans un communiqué de presse envoyé à 1 h 35.

La Ville a assuré qu’elle mobilise toutes les ressources nécessaires, c’est-à-dire la police, les pompiers, les techniciens ambulanciers paramédicaux et d’autres services municipaux.

Chargement de l’image

Le déplacement de cet automobiliste a pris fin lorsqu'un poteau électrique est tombé sur sa voiture samedi à Ottawa.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Du côté de Gatineau, les relationnistes du Service de police de Gatineau (SPVG) ont mentionné avoir reçu beaucoup d’appels dans les secteurs de Gatineau, de Masson-Angers et de Buckingham, notamment pour des feux de circulation qui ne fonctionnent plus, des poteaux brisés et des arbres qui gisent dans les rues.

En revanche, le SPVG dit n’avoir rien à signaler dans les secteurs de Hull et d’Aylmer.

La Commission de la capitale nationale (CCN) a diffusé un avis dans la nuit de samedi à dimanche selon lequel on recense plusieurs arbres au sol ou dangereux dans le parc de la Gatineau. La CCN a donc demandé aux gens d’éviter le secteur pendant que les équipes procèdent au nettoyage.

Les promenades du secteur sud sont fermées pour le nettoyage jusqu’à nouvel ordre.

Toujours en Outaouais, la Municipalité de Chelsea invite les résidents qui ont été touchés par la tempête à se rendre au Centre Meredith, situé au 23, chemin Cecil, pour faire le plein d’eau potable, prendre une douche et recharger leurs appareils électroniques.

Quatre décès liés à la tempête dans la région

La tempête a causé la mort de dix personnes au total, neuf en Ontario et une au Québec.

Dans la région de la capitale fédérale, les corps policiers ont confirmé la mort de trois personnes samedi et celle d'une quatrième dimanche.

À Gatineau, une femme de 51 ans a perdu la vie sur la rivière des Outaouais, dans le secteur Masson-Angers, après que son embarcation eut chaviré. Son décès a été confirmé en soirée par le SPVG. Une autre personne qui se trouvait dans l’embarcation a été blessée.

À Ottawa, un homme de 59 ans est décédé après avoir été frappé par un arbre au Canadian Golf and Country Club.

Un homme de 44 ans a également perdu la vie après avoir été heurté par un arbre, cette fois-ci dans le comté de Renfrew.

Une femme de 80 ans, Gail Greene, est décédée dimanche après-midi happée par une arbre près de la municipalité de Lanark.

Quatre autres personnes ont perdu la vie en Ontario samedi pendant la tempête en raison de chutes d'arbres : une femme de 64 ans de Cornwall morte à Peterborough, une femme dans la soixantaine à Brampton, une femme de 74 ans à Port Hope ainsi qu'une personne dans la région de Waterloo.

Chargement de l’image

Deux femmes constatent les dégâts à la suite de la tempête.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

État d'urgence dans l'Est ontarien

Dans l’Est ontarien, la Cité de Clarence-Rockland a fait le point à 10 h sur l’événement météorologique extrême qui a touché la municipalité et l'état d'urgence déclaré samedi à 20 h.

L’aréna de Clarence Creek est ouvert aux citoyens qui ont besoin d’un abri, d'eau ou d'électricité. La Croix-Rouge est sur place. Une ligne d'assistance a été mise en place : il faut composer le 613 446-6022, puis appuyer immédiatement sur le 0 pour parler à un employé.

Vidéo captée samedi après-midi à Hawkesbury par le journaliste Denis Babin :

Chargement de l’image

Dans l'Est ontarien, Hawkesbury a aussi eu à affronter la tempête et ses conséquences.

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Avec les informations de Frédéric Pepin, d'Emmanuelle Poisson et de Rosalie Sinclair

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !