•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Orages violents : au moins neuf morts et des centaines de milliers de foyers dans le noir

Chargement de l’image

La tempête a causé de nombreux dégâts du sud de l'Ontario jusqu'au centre du Québec.

Photo : The Canadian Press / Justin Tang

Radio-Canada

Bon nombre de résidents du Québec et de l’Ontario sont toujours privés d’électricité après le passage d’orages violents qui ont laissé dans leur sillage au moins neuf morts de part et d’autre de la frontière interprovinciale.

Une femme de 51 ans a péri sur la rivière des Outaouais, près de Masson-Angers, après que son ponton a chaviré.

En Ontario, au moins huit personnes ont perdu la vie après avoir été frappées par des arbres fauchés par les vents.

À l'ouest d'Ottawa, une octogénaire a été déclarée morte à l'hôpital après avoir été heurtée par une branche dans sa cour de Ferguson Falls.

Un homme de 44 ans a été tué dans le secteur de Greater Madawaska, tandis qu'un homme âgé de 59 ans est mort sur un terrain de golf situé à l'ouest de la ville, ont déclaré les autorités.

Une autre personne est morte lorsqu'un arbre est tombé sur une roulotte de camping près du lac Pinehurst, dans la région de Waterloo, a déclaré la Police provinciale de l'Ontario.

Quatre autres personnes ont subi le même sort : un homme de 30 ans dans la forêt de Ganaraska, à l'ouest d'Oshawa; une septuagénaire lors d'une promenade à Brampton; une femme de 64 ans à North Kawartha Township, dans la région de Peterborough; enfin, une femme de 74 ans à Port Hope, dans le comté de Northumberland.

La tempête a laissé dans son sillage des bris et des coupures de courant.

Dimanche vers 19 h 30, 283 715 clients d’Hydro-Québec étaient toujours plongés dans le noir, principalement en Outaouais, dans Lanaudière et dans les Laurentides. Samedi, au plus fort de la tempête, ce sont 550 000 clients qui étaient privés d'électricité.

En Ontario, 227 991 clients d’Hydro One étaient privés de courant au moment d’écrire ces lignes, tout comme plus de 170 000 foyers alimentés par Hydro Ottawa.

Le maire d'Ottawa, Jim Watson, affirme que le travail de rebranchement pourrait prendre de deux à trois jours.

Chargement de l’image

Deux femmes constatent les dégâts à la suite de la tempête.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Pendant ce temps, Hydro-Québec indique avoir déployé 500 équipes de deux techniciens chacune pour rebrancher ses abonnés toujours privés d'électricité. Les employés d'Hydro-Québec sont appuyés par des travailleurs du Nouveau-Brunswick et par des entrepreneurs privés.

Jusqu'à 50 % des ménages qui ont subi une panne de courant samedi devraient de nouveau être alimentés en électricité au cours de la soirée, selon un porte-parole d'Hydro-Québec, Maxence Huard-Lefebvre. La société d'État a bon espoir de voir ce taux augmenter à 80 % au cours des prochaines 24 heures.

Environ 20 % des abonnés devront se résoudre à attendre un peu plus longtemps en raison de l'étendue des dommages et de la complexité des travaux à réaliser.

« On parle de sections de réseau à reconstruire, de sections inaccessibles, parfois derrière des maisons dans des secteurs plus boisés [...]. Ça représente plusieurs heures de travail. »

— Une citation de  Maxence Huard-Lefebvre, Hydro-Québec

Sur Twitter, le premier ministre du Québec, François Legault, a tenu à remercier les équipes d'Hydro-Québec.

Par ailleurs, le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, a offert ses condoléances aux proches des victimes de la tempête. Lui aussi n'a pas manqué de souligner le travail des techniciens d'Hydro One et des premiers répondants sur le terrain.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a également tenu à souligner le travail des équipes qui s'affairent à rétablir le courant. Dans une publication sur Twitter, il a affirmé que le gouvernement fédéral était prêt à offrir de l'aide au besoin.

Dégâts considérables

La tempête a causé de nombreux dégâts du sud de l'Ontario jusqu'au centre du Québec. Un exemple précis : l'église Saint-Fidèle de Fassett, dont le clocher s'est effondré sous la force du vent.

Chargement de l’image

L'église Saint-Fidèle de Fassett a été endommagée par les orages violents samedi.

Photo : Chantale Lauzon (Facebook)

Les quelque 400 résidents de ce village demeuraient d'ailleurs sans électricité dimanche après-midi, selon le maire François Clermont.

Dans Lanaudière, deux écoles ont été endommagées par les intempéries. Il s'agit de l'école Sainte-Bernadette de Notre-Dame-de-Lourdes et de l'école Saint-Alphonse de Saint-Alphonse-Rodriguez, selon une note publiée par le Centre de services scolaire des Samares, qui dit travailler avec des experts pour évaluer la situation et pour organiser le retour en classe de manière sécuritaire.

Les fortes bourrasques ont aussi causé des ravages dans la région de Québec, où elles ont même arraché la toiture d'un immeuble résidentiel de 72 logements, forçant l'évacuation de ses résidents. Les occupants des trois étages supérieurs de l'immeuble n'avaient toujours pas pu réintégrer leur logement dimanche en début de soirée.

Chargement de l’image

Les débris de la toiture du 1425, rue Isabelle-Aubert, à Québec, ont été retrouvés une centaine de mètres plus loin.

Photo : Steve Jolicoeur

À Val-Morin, dans les Laurentides, les autorités demandent aux résidents de réduire leur consommation d'eau potable au strict minimum. En raison de la panne d'électricité, l'approvisionnement en eau produite par nos stations de pompage est au ralenti, a écrit la Municipalité sur sa page Facebook.

Problèmes de communication et d'approvisionnement

Les vents violents ont perturbé le fonctionnement des tours cellulaires dans certaines régions.

Dimanche après-midi, le réseau était instable, voire inactif, dans certaines municipalités de Lanaudière comme Sainte-Mélanie, Sainte-Béatrix et Saint-Félix-de-Valois, au nord de Joliette, ce qui compliquait les communications entre les autorités et les citoyens.

On essaie d'informer nos citoyens qu'ils peuvent venir [à la caserne de pompiers] s'ils ont besoin d'eau parce que leur puits ne fonctionne plus, mais les communications sont assez difficiles, a expliqué Audrey Boisjoly, mairesse de Saint-Félix-de-Valois.

Une porte-parole de Bell Canada a confirmé que certains clients de l'Est de l'Ontario et du Québec [peuvent] subir des interruptions de service à la suite des vents forts et de la pluie. L'entreprise affirme travailler à rétablir le service de façon sécuritaire et le plus rapidement possible.

Dans les Laurentides, les pannes de courant — qui touchaient plus de 120 000 clients au début de la soirée — ont provoqué une ruée vers les stations-service. Plusieurs résidents ont cherché à se procurer de l'essence afin de faire fonctionner leur génératrice. Or, seules les stations-service elles-mêmes munies d'une génératrice pouvaient continuer à fonctionner.

Un résident de la région affirme avoir visité dix stations-service avant de mettre la main sur du carburant, et ce, en quantité juste assez suffisante pour alimenter sa génératrice jusqu'à demain.

Vigilance en ce lendemain de tempête

Plusieurs municipalités ont fait état d'arbres tombés et de bris matériels. Même tombés, les arbres peuvent constituer un risque, surtout si des poteaux et des fils électriques ont été endommagés.

Il faut toujours considérer un fil électrique comme s'il était sous tension, rappelle Daniel Dancause, expert en mesures d'urgence.

En ce lendemain de tempête, santé et sécurité sont les mots d'ordre pour les personnes qui auront à nettoyer les terrains, y compris les bénévoles et les voisins, ajoute M. Dancause. Ce n'est pas le temps de s'improviser émondeur, insiste-t-il.

Veille d'orages et de tornade

Les météorologues d'Environnement Canada ont réitéré leurs appels à la prudence dimanche alors qu'ils surveillaient la formation d'orages violents et de tornades au sud du fleuve Saint-Laurent.

Des veilles de tornades ont été émises pour l'Estrie, pour la Beauce et pour Montmagny-L'Islet avant d'être levées en début de soirée.

Des orages violents demeurent toutefois à surveiller dans plusieurs secteurs du Bas-Saint-Laurent et sur une grande partie du Nouveau-Brunswick.

Des vents violents, de gros grêlons et de fortes pluies sont aussi possibles, prévient Environnement Canada.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !