•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un cas suspect de variole simienne est examiné à Toronto

Chargement de l’image

Si le diagnostic est confirmé, il s’agirait du premier cas recensé en Ontario.

Photo : Reuters / Kathleen Flynn

Radio-Canada

La santé publique de Toronto enquête sur le premier cas suspect de variole simienne de la ville.

L'affaire concerne un homme quadragénaire qui a récemment eu des contacts avec quelqu'un qui a voyagé à Montréal; la personne est actuellement en rétablissement à l'hôpital, selon Santé publique Toronto (TPH).

Dans un communiqué publié samedi, l'agence de santé souligne que le risque pour le public est très faible et que la maladie ne se propage pas facilement entre les personnes. Le virus se transmet généralement par contact avec des fluides corporels provenant de plaies liées à la variole simienne, de vêtements ou de literie contaminés voire par des aérosols.

Le service de santé informe les membres du public qui ont visité l'Axis Club (722 rue College) le 14 mai ou le bar Woody's (467 rue Church) le 13 mai ou le 14 mai qu’ils ont pu être exposés.

Les symptômes du virus comprennent de la fièvre, des maux de tête, des douleurs musculaires, des ganglions lymphatiques enflés et une éruption cutanée qui commence sur le visage et se répand ailleurs sur le corps. La plupart des gens se rétablissent d'eux-mêmes sans traitement, selon TPH. Toute personne exposée est invitée à s'autosurveiller.

La Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada, a déclaré vendredi que les provinces continuent d'enquêter sur quelques douzaines de cas possibles à travers le Canada. Elle a également déclaré que davantage de cas seront probablement confirmés au fil du temps.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !