•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Pocatière réitère sa demande pour un pavillon de médecine vétérinaire

Chargement de l’image

Un chat examiné par un vétérinaire (archives).

Photo : iStock / Kateryna Kukota

Radio-Canada

Les élus du Kamouraska ne baissent pas les bras devant le refus du ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, André Lamontagne, de créer le futur pavillon de médecine vétérinaire à La Pocatière.

Le maire de La Pocatière, Vincent Bérubé, le préfet de la MRC de Kamouraska, Sylvain Roy, et le maire de Saint-Roch-des-Aulnaies, André Simard, demandent à rencontrer le ministre Lamontagne rapidement pour discuter du dossier.

Le ministre a indiqué au début du mois de mai que le nouveau pavillon sera vraisemblablement installé à Rimouski, puisque son aménagement émane d'un partenariat entre l'Université du Québec à Rimouski (UQAR) et l'Université de Montréal (UdeM).

Chargement de l’image

La Ville de La Pocatière souhaite s'assurer que le ministre l'a considérée dans le choix de l'emplacement du futur pavillon de médecine vétérinaire de l'UQAR.

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Depuis, des élus de la région se mobilisent afin de promouvoir l'instauration d'une antenne de l'UQAR au Kamouraska et s'assurer que La Pocatière a bel et bien été considérée lors du processus d’analyse du gouvernement.

Nous pensons toujours que l’option La Pocatière devrait être considérée compte tenu des avantages indéniables présents sur notre territoire. Nous voulons tout simplement avoir l’opportunité d’être écoutés , réitère le maire de La Pocatière.

Des appuis de l'Union des producteurs agricoles

Le syndicat de l’Union de producteurs agricoles (UPA) de Kamouraska appuie la démarche des élus. Par communiqué, il demande aussi au gouvernement de considérer l’Institut de technologie agroalimentaire du Québec (ITAQ) de La Pocatière dans la mise en place de cette faculté.

Chargement de l’image

Le Kamouraska compte 369 entreprises agricoles. Selon l'UPA, plus de 65 % d'entre elles ont régulièrement recours aux services d'un vétérinaire (archives).

Photo : Radio-Canada / Catherine Paradis

Sans enlever la gérance du programme à l’Université de Rimouski, des partenariats avec des institutions de notre secteur seraient une avenue intéressante pour réduire les coûts d’implantation et aussi, accélérer l’arrivée de nouveaux médecins vétérinaires sur le terrain. En plus de l’ITAQ, le Cégep de La Pocatière pourrait possiblement apporter une collaboration de par son programme en santé animale, propose la présidente du syndicat de l’UPA de Kamouraska, Mylène Bourque.

Le ministre André Lamontagne devrait faire l’annonce officielle du programme et présenter les détails d’ici la fin du mois de mai.

Le projet de création d'un pavillon de la médecine vétérinaire est envisagé depuis deux ans à l'UQAR.

Le projet, qui pourrait coûter environ 40 millions de dollars, a fait son entrée dans le Plan québécois des infrastructures (PQI) lors du dernier budget provincial. Si tout va bien, le pavillon pourrait accueillir ses premiers étudiants à l'automne 2025.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !