•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La grippe aviaire s’empare d’oies blanches de passage en Saskatchewan

Des oies blanches en plein vol.

Des cadavres d'oies blanches sont observés le long de la Transcanadienne, entre Regina et Moose Jaw, alors que les survivantes sont arrivées à destination, dans l'Arctique.

Photo : Associated Press / Elaine Thompson

Radio-Canada

En Saskatchewan comme ailleurs au Canada, les oies blanches sont touchées par une grippe aviaire fatale pour plusieurs d’entre elles.

Depuis septembre 2021, une version particulièrement contagieuse du virus fait des ravages parmi les oiseaux migrateurs au Canada, selon Iga Stasiak, une spécialiste en santé de la faune au sein du gouvernement de la Saskatchewan.

Il s’agit de la première éclosion en Saskatchewan depuis 2017, affirme Mme Stasiak, ajoutant que cette fois-ci, le virus est plus mortel et touche davantage d’espèces que les variants précédents.

Iga Stasiak affirme que la province a reçu plus de 300 rapports d’oiseaux malades ou décédés depuis la fin du mois de mars.

Les oiseaux meurent à peu près une semaine après avoir été infectés. Alors que la grippe aviaire est considérée comme un virus respiratoire, ce variant touche plusieurs organes, notamment le foie et les reins, de même que le système nerveux, notamment le cerveau.

Les animaux infectés sont parfois pris de spasmes et de tremblements.

Une oie blanche morte sur le bord de la Transcanadienne en mai 2022.

Des cadavres d'oies blanches sont désormais observés sur les routes et sur les terrains alors que la neige a fondu en Saskatchewan.

Photo : Radio-Canada / Fiona Odlum

La plupart des cas sont recensés dans le centre-sud de la province, plus particulièrement à Grand Coulée et sur la Transcanadienne entre Regina et Moose Jaw. Des oiseaux malades ont cependant été aperçus à Nipawin, à 360 km au nord de Regina, relate la spécialiste.

Le trajet migratoire des oies blanches vers l’Arctique étant complété, la plupart des cadavres visibles apparaissent en fonction de la fonte des neiges. Selon Iga Stasiak, il s’agit encore d’un faible taux de décès parmi les populations d’oies blanches.

Le virus se répand rapidement auprès d’autres espèces d’oiseaux, notamment les faucons, les aigles, les grands-ducs d'Amérique, les corbeaux et les pies bavardes, explique la spécialiste.

Aucun cas n’a été recensé chez les mammifères, mais en guise de précaution, Iga Stasiak conseille aux résidents de s’assurer que leurs animaux domestiques ne se nourrissent pas de carcasses d’oiseaux puisqu’il s’agit d’un vecteur de transmission.

On conseille de porter un masque et des gants et d’utiliser des sacs de plastique afin de se débarrasser des oiseaux morts sur les terrains privés.

Avec les informations de Fiona Odlum

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !