•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une digue anti-inondation est aménagée autour du CHSLD de Maniwaki

Chargement de l’image

Des bâches remplies de sable forment une barrière de 1,5 à 1,75 m de haut autour du CHSLD.

Photo : Radio-Canada / Emmanuelle Poisson

Radio-Canada

Après avoir évacué les 68 résidents du CHSLD de Maniwaki vendredi, les autorités travaillent d'arrache-pied samedi afin de protéger cet établissement situé aux abords de la rivière Désert. Pour y arriver, elles sont en train d’installer une digue autour du CHSLD.

Dans son point de presse matinal, le directeur du soutien à l'autonomie des personnes âgées au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais, Benoît Major, a précisé que la construction de la digue a commencé samedi à 7 h.

C’est une digue faite en sable. Ce ne sont plus des sacs de sable individuels comme on en a déjà vu. Ce sont des bâches remplies de sable qui font une barrière entre 1,5 et 1,75 m de haut autour du CHSLD.

Évidemment, M. Major et les résidents de Maniwaki souhaitent que cela puisse protéger l’établissement et ainsi permettre la réintégration des résidents le plus rapidement possible.

Nous savons que c’est une source de dérangement pour nos aînés. Des changements de milieu, ce n’est pas souhaitable. On devait le faire pour leur sécurité en raison du niveau d’eau de la rivière.

Chargement de l’image

Benoît Major, directeur du soutien à l'autonomie des personnes âgées au CISSS de l'Outaouais

Photo : Radio-Canada

À propos du niveau d’eau, Benoît Major a constaté que celui-ci a augmenté dans la nuit de vendredi à samedi. Et c’est loin d’être terminé : selon Hydro-Québec, jusqu'à 40 millimètres de pluie sont attendus en fin de semaine.

Selon la société d'État, la vigilance sera de mise pour les deux prochaines semaines.

On s’attend à voir l’impact samedi soir ou dans la nuit de samedi à dimanche, a ajouté M. Major.

Réintégration prévue en une journée

Pour le moment, il est toujours impossible pour le CISSS de l’Outaouais de s’avancer à propos du jour où les résidents pourront regagner leur CHSLD. On dépend de dame Nature, a indiqué avec justesse Benoît Major.

Chose certaine, l’objectif consistera à réintégrer les 68 résidents en une seule journée aussitôt que les autorités compétentes auront donné le feu vert.

On communique régulièrement avec Hydro-Québec. Aussitôt que la vague sera stabilisée et sur une pente descendante, on verra le moment jugé le plus sécuritaire pour la réintégration.

« On veut que les résidents retournent dans leur milieu rapidement. On ne veut pas qu’ils restent trop longtemps à l’Hôpital de Maniwaki ou au Château Logue. »

— Une citation de  Benoît Major, directeur du soutien à l'autonomie des personnes âgées au CISSS de l'Outaouais

D’ici là, le CISSS de l’Outaouais continue de maintenir la communication avec les familles des résidents au moyen d’une rencontre tous les deux jours.

Avec les informations de Charles Lalande et d’Emmanuelle Poisson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !