•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les méthodes de recrutement du prochain chef de police d’Ottawa sous la loupe

Chargement de l’image

Le 30 mai, la commission va devoir approuver ou rejeter ledit contrat (archives).

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Radio-Canada

La Commission de services policiers d’Ottawa s’apprête à examiner une proposition visant à embaucher des membres du conseil d’équité communautaire du Service de police d’Ottawa (SPO) pour aider à recruter un nouveau chef de police. Ledit groupe d’équité vise à améliorer les relations entre la police et les groupes marginalisés.

Le comité des ressources humaines du conseil d’administration a recommandé, vendredi, que le C.A. approuve l’acquisition de Hefid Solutions par Odgers Berndtson pour aider à la conception, à la mise en œuvre et au rapport sur le processus d’engagement communautaire pour le recrutement du chef de police [d’Ottawa].

Odgers Berndtson est un cabinet de recrutement de cadres qui a le mandat de recruter les prochains chef et chef adjoint du corps policier de la capitale fédérale. C’est la cinquième fois qu’on lui confie cette responsabilité. Trois des quatre derniers chefs ont fini leur parcours à la chefferie par une démission ou un congédiement houleux. Le plus récent, Peter Sloly, a remis sa démission le 15 février alors qu’il était critiqué de toute part en raison de sa gestion du convoi des camionneurs.

Chargement de l’image

Pendant le convoi, des gens ont demandé le renvoi de Peter Sloly. Il a finalement démissionné (archives).

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Les principaux administrateurs de Hefid Solutions sont Hector Addison et son épouse Fidelia Addison. Vendredi, M. Addison a décrit au comité son plan de conception et d’exécution ainsi que son plan de consultation communautaire, qui comprend la consultation d’environ 150 personnes. Les consultations se feront par le biais de réunions publiques, d'entrevues et d'un sondage en ligne.

Le rapport final devrait être remis à l'entreprise de recrutement en juillet.

Il n’y a pratiquement pas de place à l’erreur, a-t-il admis.

Trois membres du conseil d’équité chez Hefid

Le hic, c’est que Hector Addison est un membre communautaire du comité d’équité communautaire du Service de police d’Ottawa. Dans son équipe de six personnes chez Hefid, on retrouve deux autres membres du comité, dont le coprésident.

CBC a demandé à M. Addison comment trois membres du comité pouvaient effectuer ce travail de recrutement pour le futur chef de police. Il a répondu qu’il ne pensait pas qu’il y avait un conflit.

Nous ne faisons que conseiller le SPO sur certaines choses à l’interne et sur la façon de s’engager dans la communauté. Nous ne sommes pas leur porte-parole. Nous les critiquons quand il le faut, mais l’essentiel est de nous assurer que la police reflète la communauté que nous servons.

Il a poursuivi en mettant de l’avant des résultats dont le mérite est attribué au comité d’équité communautaire. C’est grâce à notre travail que la police d’Ottawa a pu recruter de nombreuses personnes d’origines diverses dans ses rangs, a-t-il fait valoir.

« Il s’agit d’une entreprise privée. Je ne vois rien de mal. Cela n’a rien à voir avec la police. Les personnes qui font partie de mon équipe et qui siègent au comité font également divers travaux. »

— Une citation de  Hector Addison, membre du comité et administrateur chez Hefid Solutions

Un contrat de 54 000 $

M. Addison a aussi précisé que, dans le cadre du travail de recrutement, aucun membre de son équipe ne parlera à la police, mais seulement aux membres de la communauté et à l’entreprise de recrutement, Odgers Berndtson.

Son équipe n'aurait finalement pas son mot à dire dans le processus de sélection et ne travaillerait pas avec le conseil de police, a-t-il ajouté.

Ce travail consiste à recueillir les réponses de la communauté à savoir ce qu’elle souhaite voir du nouveau chef de police. Certains craignent que le travail en amont de Hefid Solutions finisse par façonner les grandes lignes du recrutement d’Odgers Berndtson.

Hector Addison a déclaré que la valeur totale du contrat de recrutement proposé à Hefid s’élève à 54 000 $, dont 7500 $ en honoraires pour les participants potentiels à la consultation.

Un groupe de défense des droits s’inquiète

Un groupe de défense des droits de la population qui surveille l'hôtel de ville et la police, 613-819 Black Hub, a également exprimé des inquiétudes quant à l’obtention d’un autre contrat de la Ville par Hefid.

L'agence municipale Prévention du crime Ottawa a accordé à Hefid un contrat pour le renouvellement de la Stratégie de lutte contre la violence de rue et les gangs d'Ottawa. Ce contrat, comme celui du recrutement, comprend des travaux similaires, comme la compilation des commentaires de la communauté et la conception des consultations.

Le contrat s'élève à 50 000 $, mais il comprend également un contrat plus modeste avec l'Association afro-canadienne d'Ottawa pour distribuer des honoraires aux participants aux consultations. M. Addison est le fondateur de l'Association afro-canadienne d'Ottawa.

Ces questions soulèvent de sérieuses inquiétudes quant à la légitimité et à la crédibilité de Prévention du crime Ottawa en tant que bailleur de fonds municipal dont la mission est d'améliorer la sécurité de la communauté par le biais d'une prévention collaborative du crime fondée sur des preuves, a expliqué 613-819 Black Hub par voie de communiqué.

La décision prise aujourd'hui par le Comité des ressources humaines de la Commission de services policiers d'Ottawa de recommander l'embauche de Hefid pour aider à recruter le nouveau chef de police d'Ottawa soulève des préoccupations similaires quant à la compétence et à l'impartialité du Comité concernant le Service de police d'Ottawa.

Chargement de l’image

Le conseiller Eli El-Chantiry a remplacé Diane Deans à la présidence de la Commission des services policiers d'Ottawa (archives).

Photo : La Presse canadienne / Cole Burston

Le président de la Commission de services policiers d’Ottawa, Eli El-Chantiry, siège au comité des ressources humaines. Il a approuvé la recommandation à la commission vendredi. En entrevue à CBC, il a dit avoir eu peu d'interactions avec le comité d’équité depuis son retour en poste cet hiver après que Diane Deans ait été remerciée pendant le convoi des camionneurs.

Eli El-Chantiry a ajouté qu'il était heureux de voir un plan qui engage les communautés racialisées, mais que dans l'intérêt de la transparence, il examinerait le contrat proposé.

Le 30 mai, la commission va donc devoir approuver ou rejeter ledit contrat.

Avec les informations Shaamini Yogaretnam, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !