•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trucs et astuces de sécurité avant d’acheter des objets de seconde main

Chargement de l’image

Des risques en matière de santé et de sécurité peuvent être liés à certains objets de seconde main (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La saison des ventes-débarras est commencée et les magasins d’occasions ne cessent de gagner en popularité. Cependant, des risques en matière de santé et de sécurité peuvent être liés à l'achat de certains objets de seconde main. Inspecteur à la sécurité des produits de consommation pour Santé Canada, Marius Foltea était au micro de Vivement le retour pour expliquer comment vendre ses biens et magasiner les aubaines tout en évitant les dangers potentiels.

Ses premiers conseils touchent les vendeurs. On sait qu’on est dans une grande fin de semaine : les gens vont vouloir faire beaucoup de ménage et se débarrasser de certains articles qu’ils n’utilisent plus. Ils vont évaluer leurs produits. Ce qu’on va demander aux gens qui vont faire une vente de garage, c’est de vérifier leurs produits, indique-t-il.

Il recommande de se débarrasser de tout objet endommagé ou dont certaines composantes ne tiennent plus en place.

On va aussi demander aux gens de vérifier si certains articles font déjà l’objet d’un rappel. Ils peuvent toujours consulter le site de canada.ca sous l’onglet ''Santé'', recommande-t-il.

Il souligne qu’il faut être particulièrement prudent avec certains articles, notamment les jouets et les bijoux pour enfants.

Par exemple, des bijoux pour enfants contiennent du plomb. Il y a une certaine quantité qu’ils peuvent avoir, mais on sait que le plomb est extrêmement toxique [...]. Ces bijoux-là, étant donné qu’ils sont bon marché, ils peuvent souvent contenir plus de plomb que la teneur permise, et souvent, quand on va faire un test au laboratoire, ils sont rappelés, car ils ne respectent pas la concentration permise, explique l’inspecteur.

Si on veut acheter un jouet mais qu'on voit que les bords sont acérés ou forment des pointes aiguës, qu'ils ont des morceaux qui se défont, c’est un risque pour les enfants. Si les enfants sont en bas âge et ont tendance à tout mettre dans leur bouche, ils peuvent avoir des problèmes de suffocation s’ils avalent des objets qui peuvent se détacher, ajoute-t-il.

Les aimants mal accrochés sont particulièrement dangereux puisqu’ils peuvent causer des problèmes aux intestins s’ils sont avalés. Les batteries en forme de bouton de chemise représentent eux aussi un risque. On a vu des cas où ces boutons-là se défont des jouets et vont se coller sur la paroi de l’œsophage, avertit Marius Foltea.

Les acheteurs peuvent aussi vérifier si l'objet qu'il convoite a une étiquette, une date d’expiration ou un manuel d’instructions.

Par exemple, un lit d’enfant, si on n’a pas le manuel et qu’il nous manque des pièces, il y a un risque de vouloir le monter sans avoir tous les morceaux, fait remarquer M. Foltea.

Le public est invité à signaler tout produit qui semble poser un risque pour la santé ou à la sécurité à Santé Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !