•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ancien ministre conservateur Jean-Pierre Blackburn appuie Pierre Poilievre

Chargement de l’image

Jean-Pierre Blackburn a pris la parole lors du rassemblement de Pierre Poilievre.

Photo : Radio-Canada / Roby St-Gelais

Chargement de l’image

L’ancien ministre conservateur Jean-Pierre Blackburn appuie le candidat Pierre Poilievre dans la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada (PCC).

L’ancien député de Jonquière sous Brian Mulroney et ancien ministre du gouvernement Harper a profité du passage du candidat dans la région, vendredi, pour annoncer publiquement son appui.

M. Blackburn a brièvement pris la parole lors d’une assemblée publique organisée à l’hôtel Delta, à Jonquière, en fin d’après-midi, à laquelle près d’une centaine de personnes ont assisté.

Il a alors souligné avoir été impressionné par la fougue et la maîtrise du français de Pierre Poilievre, qui est vu par plusieurs comme le favori de la course.

J’ai connu monsieur Poilievre du temps que j’étais au gouvernement à Ottawa, au conseil des ministres, et également comme député à la Chambre des communes et j’avais remarqué à l’époque comment M. Poilievre était un bon orateur et il attirait notre attention par sa façon de faire. Il avait une répartie bien particulière lors de la période de questions, a-t-il souligné, en entrevue à Radio-Canada.

Le jour de la démission d’Erin O’Toole, qui s’était fait montrer la porte par son caucus en février, Jean-Pierre Blackburn avait dit craindre de voir le parti se diriger plus à droite. Pour moi, le Parti conservateur ne peut pas être un parti à l’extrême droite. Il faut qu’il demeure au centre de la droite, avait-il alors affirmé, en entrevue au Téléjournal Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Jean-Pierre Blackburn a défendu vendredi les positions de Pierre Poilievre, face à certains enjeux qui divisent les militants au sein du PCC.

« L’autre chose, M. Poilievre ne veut pas répéter les erreurs du passé. Pour lui, c’est clair, il respecte les femmes dans le droit à l’avortement et il est pour le mariage gai, il ne veut pas revenir là-dessus, c’est terminé. »

— Une citation de  Jean-Pierre Blackburn, ancien député et ministre conservateur

M. Blackburn a d’ailleurs indiqué qu’il avait fait part de sa décision au bureau du député conservateur de Chicoutimi-Le Fjord, Richard Martel, qui appuie de son côté Jean Charest dans la course. L’équipe de Jean Charest a confirmé à Radio-Canada que l’ancien premier ministre québécois comptait être de passage dans la région au courant des prochaines semaines.

Chargement de l’image

Le candidat à la chefferie conservatrice Pierre Poilievre s'est adressé aux partisans réunis en fin d'après-midi à l’Hôtel Delta, à Jonquière.

Photo : Radio-Canada / Roby St-Gelais

Un rassemblement ouvert à la population

Le candidat à la chefferie et député de Carleton, qui a d’ailleurs perfectionné son français lors d’un séjour dans la région alors qu’il avait environ 20 ans, s’est adressé à la foule pendant une vingtaine de minutes.

L’ancien député de Jonquière-Alma, Claude Patry, qui avait défait en 2011 Jean-Pierre Blackburn, était également présent au rassemblement. M. Patry s’était fait élire sous la bannière néo-démocrate avant de passer chez les bloquistes. Jimmy Voyer, candidat du Parti populaire du Canada dans Chicoutimi-Le Fjord lors des deux dernières élections fédérales, était également présent.

Le rassemblement était ouvert aux membres et aux non-membres du parti.

À date, c’est le candidat que je préfère le plus, dans la gang, on est en train de voir si on va prendre une adhésion, si on va suivre. C’est quelque chose que je trouve vraiment intéressant, a partagé un homme présent dans la salle.

C’est sûr que Charest laisse un petit peu un historique par rapport à ce qui s’est passé au Québec, a indiqué un autre partisan. On peut en prendre et en laisser, par rapport à ce qui s’est passé, mais je pense que Pierre offre une alternative qui semble vraiment intéressante, un candidat qui se démarque, qui sort du commun.

Pierre Poilievre est interviewé avec une caméra.

Le candidat à la chefferie conservatrice Pierre Poilievre était de passage à Radio-Canada Saguenay-Lac-Saint-Jean vendredi.

Photo : Radio-Canada / Pascal Girard

Développer nos ressources ici au Canada

Avant le rassemblement partisan, Pierre Poilievre a réitéré en entrevue au Téléjournal Saguenay-Lac-Saint-Jean son appui au projet de liquéfaction de gaz naturel de GNL Québec, au lendemain du passage du premier ministre François Legault, qui a répété qu’il ne reconsidérerait pas le projet.

Ça permettrait au Québec de produire le gaz liquéfié avec les normes pour l’environnement les plus avancées au monde pour l’exporter en Europe et briser la dépendance des Européens envers Poutine et donner les retombées économiques pour la grande région de Saguenay, a-t-il martelé.

Questionné sur le dossier caribou forestier, qui est au coeur d’un bras de fer entre Ottawa et Québec, M. Poilievre s’est dit pour un bon équilibre entre l’environnement, les espèces et les emplois pour les gens.

On peut trouver cet équilibre ici au Canada, on a besoin d’un processus, oui qui protège l’environnement, mais qui donne des réponses pour qu’on puisse développer nos ressources ici au Canada de la façon la plus environnementalement propre et verte au monde, a-t-il mentionné, sans prendre position dans le dossier.

Avec les informations de Roby St-Gelais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !