•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un juge américain maintient une mesure sanitaire bloquant les migrants aux frontières

Chargement de l’image

Des migrants surveillés par des membres de la Garde nationale attendent l'arrivée des agents frontaliers à Eagle Pass, au Texas, après avoir traversé le Rio Grande pour entrer aux États-Unis.

Photo : Associated Press / Dario Lopez-Mills

Agence France-Presse

Un juge fédéral de Louisiane a empêché vendredi l'administration de Joe Biden de lever une mesure sanitaire mise en œuvre par le gouvernement Trump pendant la pandémie pour pouvoir expulser sans délai les migrants franchissant sans visa les frontières terrestres des États-Unis.

Les autorités souhaitaient lever le 23 mai ce dispositif appelé Title 42, très controversé, car il empêche notamment les demandeurs d'asile de formuler leur requête, mais les gouverneurs républicains de 24 États s'y opposant avaient saisi la justice.

Le tribunal conclut que les États plaignants ont rempli les conditions pour obtenir son maintien provisoire, écrit le juge Robert Summerhays dans sa décision rendue vendredi.

L'administration Biden va faire appel

L'administration n'est pas d'accord avec la décision du tribunal et le ministère de la Justice a annoncé qu'il ferait appel, a déclaré dans un communiqué Karine Jean-Pierre, porte-parole de l'exécutif, en précisant qu'en attendant, la mesure Title 42 continuerait d'être appliquée.

Le Title 42 est une mesure de santé publique qui a été adoptée en 1893 pour protéger les États-Unis contre les nombreuses épidémies de choléra et de fièvre jaune qui survenaient à l'époque. Elle n'a été que très rarement mise en œuvre depuis.

Chargement de l’image

Des immigrants de Colombie, membres d'une famille demandant l'asile, attendent sous une tente l'arrivée d'agents frontaliers américains après avoir traversé la frontière depuis le Mexique, vendredi, à Yuma, en Arizona.

Photo : Getty Images / Mario Tama

En mars 2020, le gouvernement de l'ex-président Donald Trump avait activé ce dispositif sanitaire pour pouvoir expulser sans délai les migrants dépourvus de titre de séjour interpellés aux frontières terrestres.

Cette mesure est immédiate et ne permet pas de recours légal, même pour ceux qui souhaitent déposer une demande d'asile.

De rares exceptions sont prévues; pour certaines nationalités comme les Ukrainiens, depuis l'invasion de leur pays par la Russie, ou pour les mineurs non accompagnés.

Une décision qui inquiète les ONG

Les militants des droits de la personne redoutaient le maintien du Title 42, qui se traduit selon eux par une recrudescence de tentatives de franchir illégalement la frontière entre avec le Mexique, avec de nombreux blessés et morts à la clef.

Cette regrettable décision dit que le gouvernement peut suspendre les demandes d'asile sans préavis, mais ne peut rétablir un processus d'immigration normal sans passer par un processus long et compliqué, a réagi auprès de l'AFP Aaron Reichlin-Melnick, expert de l'ONG American Immigration Council.

Il estime que cette décision absurde va continuer à nuire aux demandeurs d'asile et à provoquer le chaos à la frontière avec le Mexique.

Chargement de l’image

Des migrants traversent la frontière vers El Paso, au Texas le jeudi 19 mai 2022.

Photo : Getty Images / PAUL RATJE

Au total, 557 morts ont été recensés à la frontière en 2021, l'année de loin la plus meurtrière depuis le début des statistiques, en 1998.

Depuis l'entrée en vigueur de cette mesure en 2020, les autorités américaines l'ont utilisée plus de 1,8 million de fois. D'après les experts, cela ne correspond pas nécessairement au nombre de personnes expulsées, car certains migrants font de nombreuses tentatives et sont pris plusieurs fois.

Les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) ont publié en avril un communiqué favorable à la levée de cette mesure, estimant que la situation actuelle de la pandémie et les moyens à disposition pour traiter les cas de contamination le permettaient.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !