•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La première année d’enseignement de Gabrielle Roy à Cardinal soulignée dans un musée

Une nouvelle installation pourra être vu par le public dès le 24 mai à Notre-Dame-de-Lourdes.

Chargement de l’image

Un panneau explicatif sur la première année d'enseignement de Gabrielle Roy à Cardinal vient de faire son entrée au Musée des Pionniers et des Chanoinesses de Notre-Dame-de-Lourdes.

Photo : Scotti Stephen

Chargement de l’image

Pour immortaliser le passage de Gabrielle Roy en 1929-1930 dans une école de la vallée de la Pembina au Manitoba, le Musée des Pionniers et des Chanoinesses à Notre-Dame-de-Lourdes lui consacre un espace permanent accessible au public dès le 24 mai.

Avant d’être célèbre écrivaine acclamée dans la francophonie, Gabrielle Roy a été enseignante. Sa première année en éducation a été faite à l’École Saint-Louis A à Cardinal, située à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Winnipeg. Une année qui a été marquante pour ce village de la vallée de la Pembina.

La secrétaire de la Société historique de Lourdes, Scotti Stephen, qui a participé aux recherches historiques, s’émerveille que les souvenirs de Gabrielle Roy sur ses années dans la région et de ses étudiants soient si limpides.

Surtout, dit-elle, dans le roman Ces enfants de ma vie écrit plus de 40 ans après les faits.

L’année d’enseignement à Cardinal a profondément marqué Gabrielle. Dans ses livres quand elle parlait d’école elle revenait toujours à cette école à Cardinal, indique-t-elle.

« Je n’avais jamais lu les livres de Gabrielle Roy, bien que je la connaissais. Mais quand j’ai lu Ces enfants de ma vie, c’était très intéressant d’en apprendre sur la vallée de la Pembina. Elle a tellement un impact sur ses lecteurs et a mis la vallée de la Pembina sur la carte »

— Une citation de  Scotti Stephen, secrétaire de la secrétaire de la Société historique de Lourdes
Chargement de l’image

L'écrivaine Gabrielle Roy a été enseignante à l'école de Cardinal au sud-ouest de Winnipeg lors de l'année scolaire 1929-1930.

Photo : Bibliothèque et Archives Canada

Gabrielle Roy, qui avait 20 ans à l’époque, a enseigné à une quarantaine d’élèves, de nationalités diverses.

Il y avait dans sa classe des Italiens, des Flamands et des Allemands, entre autres, ce qu’elle a trouvé intéressant comme défi, soulignent Mme Stephen et son conjoint, le conseiller à la Société historique de Lourdes, Guy Vuignier.

La célèbre autrice s’est adaptée et a rendu l’école plaisante.

Gardez à l’esprit que Gabrielle venait d’être diplômée de l’école normale, et qu’elle avait donc les dernières méthodes d’enseignement. Et elle était comme un véritable vent de fraîcheur pour ces élèves qui l’aimaient beaucoup, raconte Mme Stephen.

Chargement de l’image

Scotti Stephen et Guy Vuignier de la Société historique de Lourdes

Photo : Scotti Stephen

Dans l'exposition, les gens pourront voir des photos de Gabrielle Roy et de Cardinal à l'époque, des extraits de livres ainsi qu'une lettre rédigée par l'enseignante, entre autres.

Une enseignante avec beaucoup de douceur

Normand Boisvert, un retraité du monde de l’éducation et auteur des tomes Écoles à caractère francophone au Manitoba depuis 1818, a habité à proximité de Cardinal.

Il a d’ailleurs suggéré à la Société historique de Lourdes de créer du contenu sur Gabrielle Roy pour le musée local.

Bien qu’il n’ait pas eu Gabrielle Roy comme enseignante, sa mère a eu la chance de la fréquenter dans la région, même si elle n’a pas été son élève.

La future écrivaine s’est arrêtée dans une maison du village et a fait la lecture aux enfants, quelque chose qu’elle faisait également dans sa classe.

Ma mère m’a raconté que Gabrielle lisait avec une grande douceur et tout le monde écoutait attentivement, relate M. Boisvert qui souligne également sa qualité du français.

Chargement de l’image

Normand Boisvert, retraité de l’éducation et auteur de l'ouvrage Écoles à caractère francophone au Manitoba depuis 1818 (archives).

Photo : ICI Radio-Canada/Geneviève Murchison

Cet amour du français, mentionne Normand Boisvert, elle l’a transmis aux élèves dont certains se sont classés parmi les premiers lors du Concours de français provincial de l’Association d’éducation des Canadiens français du Manitoba.

Fierté francophone

Scotti Stephen espère que ce pan historique inclus au musée permettra de faire rayonner Gabrielle Roy dans la communauté et informer les résidents de la région qu’une personne célèbre a vécu à un jet de pierre d’eux.

Au Québec les gens pensent qu’elle est Québécoise, mais elle est Franco-Manitobaine. Nous voulons que la communauté réalise qu’elle a eu ses humbles débuts ici à Cardinal.

Guy Vuignier espère que ça [l'exposition] servira d’outil d’éducation pour les élèves du secondaire.

Normand Boisvert souhaite que les gens qui sortent de cette exposition démontrent leur fierté du fait que leurs parents ou grands-parents aient eu Gabrielle Roy comme professeure et en même temps ça ajoute à la préservation de la francophonie.

« C’était une enseignante engagée, soucieuse de ces élèves. Elle aura fait sa marque à Cardinal ! Ça fait 90 ans, et ce montage est une bonne façon de se souvenir de sa contribution au village de Cardinal. »

— Une citation de  Normand Boisvert, auteur des tomes Écoles à caractère francophone au Manitoba depuis 1818

Par ailleurs, dans le cadre de l’inauguration de cette nouveauté au Musée des Pionniers et des Chanoinesses de Notre-Dame-de-Lourdes, la Bibliothèque Père-Champagne a mis en évidence dans une section, toutes les œuvres de Gabrielle Roy.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !