•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle structure de recherche à l’UQAC pour étudier la forêt boréale

Des dignitaires dans un laboratoire forestier.

L'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) et le gouvernement du Québec s'allient pour créer l'Observatoire de la forêt boréale.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

L'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) met sur pied une nouvelle structure pour mieux étudier les impacts de l'exploitation forestière, du réchauffement climatique et des autres facteurs environnementaux sur la forêt boréale. L'Observatoire régional sur la forêt boréale reçoit 900 000 $ de trois ministères à Québec.

Selon le directeur du Centre de recherche sur la boréalie (CREB) de l'UQAC, André Pichette, cette somme permettra de trouver des réponses aux enjeux qui touchent l'industrie forestière et les autres utilisateurs de la forêt.

André Pichette croit qu'en finançant de nouvelles recherches, il serait possible de trouver des solutions aux problématiques amenées par les changements climatiques, comme les feux de forêt à répétition.

Il estime aussi que l'observatoire permettra de s'intéresser à la survie du caribou forestier dans la région.

« On pense qu'on peut amener une contribution à ces niveaux-là, au niveau du manque de connaissances, quel type d'aménagement on peut faire pour favoriser la survie et le bien-être de ces espèces. »

— Une citation de  André Pichette, directeur du Centre de recherche sur la boréalie

Son collègue chercheur en écologie forestière Yan Boucher croit aussi que l'observatoire pourra tendre des ponts avec les Premières Nations dans le dossier du caribou forestier.

Quand il y a de la polarisation qui se fait comme ça entre l'aménagement, la conservation puis les Premières Nations, ce n'est pas facile d'arriver à une solution, a-t-il expliqué. Au niveau de l'observatoire, on veut entendre les gens, les différentes parties, dont les Premières Nations pour essayer de travailler ensemble et trouver des solutions.

Développement économique

De leur côté, les quatre députés caquistes de la région présents à la conférence de presse vendredi ont dit croire que l'observatoire pourrait favoriser le développement de nouveaux produits.

Le député de Lac-Saint-Jean, Éric Girard, évoque de nouvelles essences au niveau de la forêt, parce qu'on parle de reboisement, la lutte contre les maladies et la tordeuse des bourgeons de l'épinette. 

Budget non récurrent

Dès sa naissance, l'Observatoire régional de la forêt boréale aura toutefois un premier mandat consacré à son financement.

Il devra préparer immédiatement ses demandes de financement puisque les 900 000 $ versés par Québec ne sont valables que pour l'année qui vient : ils ne sont pas récurrents.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !