•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le déficit s’est évaporé au Québec l’année dernière

Les finances publiques vivent une embellie après la pandémie, mais des nuages pointent à l’horizon.

Chargement de l’image

Le ministre québécois des Finances, Eric Girard, estime que le risque de récession est d'environ une chance sur trois.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Chargement de l’image

La vigueur de l’économie du Québec au cours de l’exercice financier clos le 31 mars a été si exceptionnelle que le déficit s’est réduit de 2,8 milliards de dollars par rapport aux prévisions du dernier budget. Sans l’aide ponctuelle de 500 dollars à presque tous les Québécois, le solde aurait frôlé l’équilibre budgétaire.

Lors du dépôt de son plan budgétaire 2022-2023, le ministre des Finances Eric Girard prévoyait un déficit de 6,1 milliards de dollars pour l’année dernière après le versement au Fonds des générations et l'utilisation de la réserve de stabilisation. Il tombe à 3,3 milliards, à la lumière du plus récent Rapport mensuel des opérations financières, en date du 28 février 2022.

Toutes les provinces ont révisé leurs revenus autonomes, a souligné M. Girard en entrevue à Radio-Canada. On est tous autour de 18 à 20 %. C’est plus élevé que ce qu’on avait prévu.

Au Québec, les revenus ont ainsi progressé de 18,9 % en 2021-2022, et ceux provenant des impôts des sociétés, de 51,9 %.

L’augmentation de ces revenus est attribuable à une progression plus élevée que prévu de la croissance économique. Le produit intérieur brut nominal (qui ne tient pas compte de l’inflation) a bondi à 13,1 %, soit 1,8 point de pourcentage de plus qu'envisagé dans le budget.

L’équilibre budgétaire, voire un surplus, aurait pu être atteint sans les 3,2 milliards de dollars destinés à verser 500 $ aux Québécois pour faire face à l’inflation et les transferts en infrastructures totalisant 1,4 milliard pour la ligne bleue, notamment.

« Les résultats pour 2021 sont exceptionnels et le début de l'année 2022 est très bon, mais oui il y a de l'incertitude pour 2023. »

— Une citation de  Eric Girard, ministre des Finances du Québec

Que nous réserve 2022-2023?

Le ministre Girard indique qu’une partie des 2,8 milliards de dollars d’amélioration budgétaire pourrait être récurrente, ce qui pourrait améliorer le solde sur l’ensemble de l’horizon des cinq prochaines années. Le retour à l'équilibre pourrait donc survenir plus tôt qu'en 2027-2028.

Mais l’inflation, la hausse des taux d’intérêt, les enjeux d’approvisionnement, la guerre en Ukraine et la volatilité des marchés financiers laissent présager davantage d’incertitude pour cette année.

L’économie a une chance sur trois d’entrer en récession dans la prochaine année, selon Eric Girard. On ne fait pas de préparation spéciale pour ces difficultés potentielles, soutient-il, mais on a un budget prudent et responsable qui permet au Québec d'être résilient économiquement et solide financièrement.

Le ministre n’a pas voulu donner d’indications quant à la possibilité d’une nouvelle aide ponctuelle pour limiter l'effet de la hausse fulgurante des prix à la pompe. Il rapporte en revanche que les revenus découlant des taxes sur l’essence pour le gouvernement ont un effet marginal sur les finances publiques, entre autres parce que les automobilistes consomment moins de carburant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !