•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ministère des Transports crée une direction pour le Nord-du-Québec

Chargement de l’image

La Direction générale du MTQ dans le Nord-du-Québec permettra la création d'une trentaine d'emplois.

Photo : Gracieuseté / Ministère des Transports

Le ministère des Transports du Québec annonce la création d’une nouvelle direction générale pour le territoire Eeyou Istchee-Baie-James, dans le Nord-du-Québec.

Les bureaux administratifs seront situés à Chibougamau et cette direction couvrira le territoire situé entre le 49e et le 55e parallèle. Ce territoire était auparavant couvert par les directions de l’Abitibi-Témiscamingue et du Saguenay-Lac-St-Jean.

La nouvelle direction régionale disposera désormais d’un budget distinct et de sa propre programmation des investissements routiers, en fonction des projets ciblés par l’équipe présente sur le terrain.

À terme, une trentaine d’emplois seront créés, dont six dans les prochains mois.

Les élus du Nord-du-Québec réclamaient leur propre direction régionale du MTQ depuis 2004. La nouvelle réjouit grandement le maire de Lebel-sur-Quévillon et vice-président de l'Administration régionale de la Baie-James, Guy Lafrenière.

C’est une très bonne nouvelle, lance-t-il. Les emplois seront chez nous, ici. On était bien servis par le Saguenay et l’Abitibi, mais là on va être servis par notre région. C’est important d’avoir des emplois de cette qualité ici. On le méritait comme toutes les autres régions. Avec une équipe basée ici, ça sera sans doute plus facile pour le Ministère d’évaluer nos besoins sur notre grand territoire.

Chargement de l’image

Le maire de Lebel-sur-Quévillon, Guy Lafrenière.

Photo : gracieuseté

Colère à Chapais

La décision d’installer les bureaux à Chibougamau crée du mécontentement dans la ville voisine de Chapais. La mairesse Isabelle Lessard estime que Québec a fait fi d’une volonté exprimée par le milieu depuis plus de 10 ans et perd une occasion de soutenir une municipalité à plus faible vitalité économique.

Chargement de l’image

La mairesse de Chapais, Isabelle Lessard.

Photo : Radio-Canada / Romy Boutin-St-Pierre

Le maire de Lebel-sur-Quévillon dit pour sa part comprendre la déception à Chapais, mais il respecte le choix du gouvernement.

C’est sûr que je comprends les gens de Chapais, parce que moi aussi je le voulais chez-nous et je suis pas mal sûr que Matagami aussi. On semble être allés avec la logique et c’est correct. Toutes les villes l’auraient voulu, mais c’est dans ma région et ça me satisfait, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !