•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Université Laurentienne veut une 4e prolongation de la protection contre ses créanciers

Chargement de l’image

L'Université Laurentienne doit faire une mise à jour à la cour tous les quatre mois. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Yvon Theriault

Radio-Canada

L’Université Laurentienne demandera à la Cour supérieure de justice le 31 mai de lui accorder une quatrième prolongation de sa période de protection contre ses créanciers.

Le recteur Robert Haché a annoncé dans une réunion du sénat, mardi, qu'il demanderait une prolongation jusqu'au 30 septembre. Il dit que c'est nécessaire pour faire les dernières étapes afin d'en arriver à un plan d'arrangement avec les créanciers. 

Il n’y a jamais eu une attente que le processus soit terminé le 31 mai. À ce moment-là, nous devrons fournir une mise à jour à la cour, a alors expliqué M. Haché.

La prolongation demandée donnerait le temps aux créanciers de voter sur - et possiblement d'approuver - le plan proposé par l'Université Laurentienne. Selon le recteur, les discussions ont avancé de façon considérable depuis janvier.

« Nous sommes maintenant rendus à un point où on peut dire qu’autour de ou d’ici la fin de septembre [le plan] sera complété. »

— Une citation de  Robert Haché, recteur de l’Université Laurentienne

Des documents en lien avec la demande seront déposés le 23 mai. J’encourage les membres du sénat d’y jeter un coup d'oeil puisqu’ils contiennent beaucoup d'informations qui serviront de mise à jour sur la situation, a-t-il poursuivi.

Ces documents seront rendus publics dès qu’ils auront été présentés à la Cour supérieure de justice.

Mécontentement du corps professoral

Le plan de l’Université Laurentienne inquiète plusieurs professeurs qui étaient présents mardi. Plusieurs soulevaient des craintes par rapport à l’impact que pourrait avoir la prolongation réclamée.

Ça sonne comme si le plan stratégique serait mis en attente jusqu’à ce que la Laurentienne n’ait plus recours à la loi, a évoqué le professeur titulaire et chercheur spécialisé en écologie évolutive, Albrecht Schulte-Hostedde.

Le recteur a vite rappelé qu'il ne s’agit pas d’un délai

Afin de créer un plan stratégique pour l'institution, il faut comprendre les ressources qui seront à sa disposition , a répondu M. Haché. Une fois approuvé, le plan d’arrangement avec les créanciers déterminera ce qui sera disponible. 

Nous pourrons ensuite entamer le processus de planification durant lequel on peut trouver un équilibre entre les ambitions et les ressources afin de fournir une vision pour les cinq prochaines années, a-t-il ajouté.

La professeure adjointe du département de psychologie, Josée Turcotte, a été extrêmement critique envers le conseil des gouverneurs et l’administration. Elle a notamment souligné les lacunes dans le rapport du recteur, qu’elle qualifie de mince et incomplet

« Les étudiants, la confiance, les professeurs, vous allez juste en perdre plus. Il y a des conséquences majeures. »

— Une citation de  Josée Turcotte, professeure de l’Université Laurentienne

Elle dit avoir l’impression que les gens impliqués dans le dossier ne prennent pas ça au sérieux .

M. Haché indique que dans les documents que nous allons soumettre autour du 23 mai, il va avoir une description du progrès qui a été accompli, qui est substantiel.

L'Université Laurentienne est devenue le premier établissement postsecondaire public au Canada à invoquer la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies le 1er février 2021.

Pas de stress à la remise de diplômes

Le président du Syndicat des employés de l'Université Laurentienne, Tom Fenske, a demandé à M. Haché de ne pas assister à la collation des grades.

« Pour nous, c’est offensant. Je suis offensé. J’en connais plusieurs autres qui se sentent comme moi. Je suis confus quant à votre besoin d’être là. »

— Une citation de  Tom Fenske, président du Syndicat des employés de l'Université Laurentienne

Il a également demandé si l’administration a pensé au stress que causerait sa présence pour les étudiants et le personnel.

Je m’inquiète qu’un étudiant, qui a travaillé fort et qui a pris de son temps pour être là, décide de faire une déclaration sur scène, a-t-il exprimé.

M. Haché, trouvant les questions insultantes, s’est contenté de répondre que la collation est une célébration pour les étudiants et qu’elle aura lieu de manière appropriée.

Avec les informations de Bienvenu Senga

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !