•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Festival western de Saint-Tite poursuivi pour maltraitance animale

Chargement de l’image

Le 50e anniversaire du Festival western de Saint-Tite, en 2017

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Communauté Droit animalier Québec poursuit l’organisation afin d’obtenir une injonction permanente interdisant l’utilisation de veaux et de bouvillons dans les rodéos du festival.

Cette demande d’injonction permanente se base sur des vidéos tournées en 2017, 2019 et 2021 à Saint-Tite, les mêmes vidéos utilisées par la Société protectrice des animaux (SPCA) de Montréal et le professeur Alain Roy dans leurs demandes respectives.

C'est la deuxième fois en moins de cinq ans que des organismes de défense des droits des animaux utilisent les tribunaux pour tenter de circonscrire les activités du Festival western de St-Tite.

La Communauté Droit animalier Québec base également son argumentaire sur la Loi sur le bien-être et la sécurité de l’animal, en vigueur depuis 2015. La loi interdit notamment de compromettre le bien-être et la sécurité des animaux.

Depuis 2015, il y a eu des changements législatifs substantiels au Québec. L’animal n’est plus une chose, il est considéré comme un être sensible. Les propriétaires doivent s'assurer que le bien-être et la sécurité de leur animal ne sont pas compromis. Dans ce contexte, on a analysé des vidéos du Festival western concernant la prise des veaux au lasso et le terrassement des bouvillons, et on est arrivé à la conclusion qu'il y a des abus et des mauvais traitements pouvant affecter la santé des veaux et des bouvillons, explique la porte-parole de Communauté Droit animalier Québec, Me Oana Zamfir.

L’organisme a déjà dépêché l’un de ses experts dans un autre rodéo, mais reconnaît n’avoir jamais mis les pieds à Saint-Tite, ce qui soulève l’ire de la mairesse Annie Pronovost. Elle se dit aussi surprise que déçue par la démarche.

« Il y a de gros sous là-dedans. Les propriétaires d’animaux investissent beaucoup et prennent soin de leurs bêtes. Ce sont des athlètes, c’est l’élite. Tout ça, c’est de la méconnaissance des gens de l’extérieur qui demandent cette injonction. Ils devraient venir voir ce qui en est sur le terrain. »

— Une citation de  Annie Pronovost, mairesse de Saint-Tite

La mairesse rappelle qu’un comité d’expert et le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) tentent de trancher la question depuis 2017.

Le festival génère des retombées économiques de plus de 40 millions de dollars. Sa programmation a été réduite ces deux dernières années en raison de la pandémie, mais le festival doit reprendre ces activités régulières au mois de septembre.

Avec les informations de Jonathan Roberge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !