•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Monk.e signe une murale en hommage à Fredy Villanueva

Chargement de l’image

La murale peinte par Monk.e en souvenir de Fredy Villanueva.

Photo : Monk.e

Radio-Canada

Près de 14 ans après la mort de Fredy Villanueva à Montréal, une murale a été peinte par l’artiste québécois Monk.e dans l’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension pour lui rendre hommage. Une œuvre attendue depuis longtemps par la famille qui représente un jeune Fredy doté d’immenses ailes d’ange. 

Cela vient répondre à la demande de la famille d’avoir quelque chose dans la communauté qui rappelle Fredy, explique l'artiste Ricardo Lamour, qui a agi à titre de commissaire d’exposition pour faire le lien entre les différentes personnes participant à ce projet. 

Celui qu’on connaît aussi sous le nom d’Emrical a trouvé des partenaires prêts à soutenir financièrement le projet et à investir du temps pour trouver un lieu, avant que Monk.e ne s'implique et déniche rapidement un mur, se distinguant ainsi des autres artistes approchés au cours de la dernière année.

Des fois, l’endroit où une personne perd la vie peine à faire un véritable travail de mémoire sur la charge humaine qui a été présente sur son territoire, souligne Ricardo Lamour. 

À Villeray, la mémoire de Fredy trouve refuge de façon visible. On ne parle pas de l’enfouir, d’y faire une brève allusion, mais de la rendre manifeste et de lui donner des ailes.

Des rêves aussi grands que les ailes qui ont été peintes

L’œuvre s’intitule L'innocence de la nouvelle maison, qui est née d'une traduction des mots espagnols « Villa nueva  », comme le nom de famille de Fredy. Elle représente celui qui est mort sous les balles de la police à l’époque où il est arrivé au Canada, en 1998. Sa famille et lui avaient fui le Honduras pour trouver une nouvelle maison au Québec. 

Quand j’ai vu l’image de mon fils, j’étais choquée. Les larmes commençaient à tomber. Je vois mon petit comme s’il avait dix ans. [...] J’espère que tout le monde le verra comme ça, c’est l’image de mon fils, a déclaré Lilian Madrid Antunes, la mère de Fredy Villanueva, qui a collaboré à cette initiative. 

« Il y a peut-être un bout qui a été oublié dans la psyché collective, mais, à la base, on parle d’un jeune de 18 ans qui avait des rêves aussi grands que les ailes qui ont été peintes. »

— Une citation de  Ricardo Lamour

Cela faisait près de 14 ans que la famille de Fredy Villanueva espérait cette murale et c'est le fait que Ricardo Lamour se soit tourné vers des partenaires privés qui a permis d'accélérer les démarches.

Un défi intimidant pour Monk.e

Monk.e, qui connaît Ricardo Lamour depuis longtemps, a accepté de réaliser cette murale. C’est lui qui a peint les fresques pour les défunts Jeune Loup, dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, et Karim Ouellet, au Sénégal.

Il a aussi sollicité son réseau pour dénicher un mur privé accessible et adapté au projet.

C’est incroyable d’être choisi pour partager des choses profondes comme ça, dit-il, dans une vidéo portant sur sa murale. 

Je fais de l’art pour marquer mon époque avec des projets significatifs, ajoute-t-il.

Chargement de l’image

Monk.e

Photo : Gracieuseté : Monk.e

Réaliser cette œuvre a constitué un défi pour lui. C’est tellement intimidant de peindre quelqu’un qui est décédé. Avec la technique de l’aérosol, c’est difficile de peindre les [petits] détails du visage. 

L'emplacement exact de la murale n'a pas été révélé, car Ricardo Lamour et le partenaire philanthropique Article 47 préfèrent laisser le public découvrir l'œuvre et sa localisation en raison de discriminations à l'égard de Fredy Villanueva et du projet.

Ce texte a été écrit à partir d'une entrevue réalisée par Catherine Richer, chroniqueuse culturelle à l'émission Le 15-18. Les propos ont pu être édités à des fins de clarté ou de concision.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !