•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : le Manitoba offre la quatrième dose aux personnes de 50 ans et plus

Chargement de l’image

Le Dr Brent Roussin annonce que l’intervalle entre les doses de vaccin de rappel est passé de 6 mois à 4 mois (archives).

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Le médecin hygiéniste en chef de la province, le Dr Brent Roussin, confirme que tous les Manitobains âgés de 50 ans et plus sont désormais admissibles à une quatrième dose de vaccin.

Il rappelle que les membres des Premières Nations de 30 ans et plus, ainsi que les adultes vivant avec une déficience du système immunitaire demeurent également admissibles.

Brent Roussin précise que les efforts de vaccination pour la quatrième dose se concentrent sur les personnes les plus à risque de développer une forme grave de la COVID-19.

Il est peu probable que nous continuions d’élargir l'admissibilité à la quatrième dose de vaccin avant la campagne de vaccination d'automne. 

Le Dr Brent Roussin annonce que l’intervalle entre les doses de vaccin de rappel est passé de 6 mois à 4 mois.

Le Manitoba élargit aussi l’accessibilité au médicament traitant les symptômes de la COVID-19, le paxlovid. Désormais plus de 175 pharmaciens distribuent cet antiviral. Ce médicament est efficace seulement s’il est pris dans les cinq premiers jours de la maladie.

Le Dr Roussin a tenu à souligner que, selon les modélisations de la province et la surveillance des eaux usées de la ville de Winnipeg, la situation de la COVID-19 reste stable.

La plupart des cas enregistrés sont des cas BA 2. […] Après une légère augmentation des admissions à l'hôpital, la courbe est redescendue , a-t-il précisé en montrant un graphique.

Selon les données recueillies par la province entre le 28 mars et le 9 mai, les personnes non vaccinées contre la COVID-19 risquent 13 fois plus d’être hospitalisées. Elles sont aussi 22 fois plus sujettes à terminer aux urgences et 32 fois plus à risque de succomber à la maladie que les personnes ayant reçu une dose de rappel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !