•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Palais des sports de Sherbrooke veut devenir une plaque tournante de la scène musicale

Chargement de l’image

Le Palais des sports Léopold-Drolet est le domicile du Phoenix de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Brigitte Marcoux

Radio-Canada

L’annonce de la venue du groupe rock américain The Offspring, le 4 août prochain, a fait le bonheur de plusieurs amateurs de musique dans la région. La direction du Palais des sports Léopold-Drolet de Sherbrooke souhaite d'ailleurs récidiver et attirer d'autres groupes internationaux pour la tenue de spectacles.

La directrice exécutive du Phoenix de Sherbrooke, Josée Desjardins, affirme que la direction travaille en collaboration avec Evenko et d'autres partenaires pour amener d'autres grands noms à Sherbrooke. De passage à l’émission Par ici l’info, celle à qui revient une partie de la gestion de l'amphithéâtre précise que l’organisation aimerait présenter entre 5 et 10 spectacles par année au Palais des sports Léopold-Drolet.

« On veut lancer un message clair aussi aux grands artistes américains et d’autres, aussi canadiens, que Sherbrooke est prêt pour une scène musicale de plus en plus vigoureuse. On a un endroit favorisant ces shows-là au Palais des sports.  »

— Une citation de  Josée Desjardins, directrice exécutive du Phoenix de Sherbrooke

Selon Josées Desjardins, les rénovations apportées à l’amphithéâtre et le contexte des deux dernières années favorisent la tenue de ce genre d’événement. Avec la pandémie, c’est une tendance qu’on voit mondialement d’avoir des amphithéâtres un peu plus petits , explique-t-elle. Le Palais des sports pourrait accueillir entre 3000 et 4500 spectateurs.

« La valeur ajoutée que je pourrais dire qui nous sépare d’un centre culturel ou d'une salle de spectacle au Granada, qui sont incroyables aussi et une expérience tout autre, c’est que nous avons un parterre. »

— Une citation de  Josée Desjardins, directrice exécutive du Phoenix de Sherbrooke

L'ancien gérant du Palais des sports Léopold-Drolet Vincent Roselli se réjouit d'un éventuel retour d'événements dans l’amphithéâtre. De combats de lutte aux concert du groupe Harmonium, il était derrière des événements pour tous les goûts. Je pense qu’il n’y a pas une semaine où je ne pense pas à mon Palais des sports, admet Vincent Roselli, qui perçoit l'association entre l’amphithéâtre et Evenko comme une recette gagnante.

« Le Palais des sports n’appartient pas seulement au hockey. Il y a beaucoup de gens à Sherbrooke qui ne vont jamais au hockey, mais le Palais des sports, c’est eux autres qui l’ont payé et cela leur appartient.  »

— Une citation de  Vincent Roselli, ancien gérant du Palais des sports de Sherbrooke

Dans les années 1980, il n’était pas rare de voir de grands noms entre les murs du petit amphithéâtre, comme The Escapades ou encore Nana Mouskouri. Elvis Presley est d'ailleurs passé à un cheveu de mettre les pieds sur la scène sherbrookoise. Vincent Roselli se rappelle clairement de la journée du 16 août 1977. J’ouvre la radio et j’apprends que Presley est décédé la journée même où on venait de faire le booking, raconte-t-il. C’est sûr que si ce spectacle avait eu lieu, le Palais des sports aurait été à la grandeur des lèvres de tous les promoteurs du Canada et des États-Unis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !