•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le niveau de la rivière Saint-Maurice demeure stable, mais rien n’est gagné

Chargement de l’image

Débit de l'eau au barrage de Shawinigan

Photo : Radio-Canada / Martin Chabot

Chargement de l’image

Le niveau de la rivière Saint-Maurice pourrait baisser si la tendance se maintient, mais il demeure à la merci des précipitations attendues de la fin de semaine. Partout sur le territoire, les municipalités sont aux aguets.

Il y aurait une lente baisse des débits pour quelques jours, mais ça demeure très faible. Ça va prendre du temps pour qu’on voie les résultats, relève Sylvain Gallant, directeur de la sécurité civile et incendie pour la Mauricie et le Centre-du-Québec à l’émission Toujours le matin.

Les équipes sont à pied d’œuvre pour réparer les tronçons de route endommagés. La 155 c’est la priorité, le ministère des Transports (MTQ) fait des efforts pour maintenir ce lien routier, précise Sylvain Gallant. On va se concentrer pour au moins donner un accès fiable et permanent pour le secteur Parent.

Des travaux ont aussi cours sur la route 25, endommagée en plusieurs endroits, et sur le chemin forestier numéro 10. Le directeur précise qu’il y a encore de l’eau sur la chaussée au kilomètre 58 et au kilomètre 68 ainsi que de l’érosion en bordure de la route aux kilomètres 91 et 92. La sécurité civile recommande encore de ne pas se rendre en forêt dans ces secteurs.

La Tuque retient son souffle

La cheffe de service aux communications pour la Ville de La Tuque, Hélène Langlais, fait état qu’il reste encore de la neige dans le secteur de Parent. Elle devrait fondre au cours de la fin de semaine en raison de températures plus clémentes et de la pluie annoncée. Et il y a Hydro-Québec qui doit faire des manœuvres dans ses petites installations près de Wemotaci parce que les réservoirs sont pleins. On a aussi les yeux rivés sur la semaine prochaine, on a un autre système dépressionnaire qui s’en vient sur nous au milieu de la semaine prochaine, on ne sait pas encore quelle quantité d’eau il va nous laisser.

Hélène Langlais estime qu’une semaine d’opération de surveillance sera encore nécessaire.

D’ici là, la municipalité de La Tuque doit décider aujourd’hui la meilleure façon d’acheminer des médicaments à la municipalité de Parent. Il est fort probable qu’elle se fasse par train selon les scénarios envisagés.

Le niveau de 2017 a été dépassé

Hélène Langlais rapporte qu’en Haute-Mauricie plusieurs témoignent ne pas avoir vu de niveau d’eau aussi élevé depuis 1974, année où de sévères inondations ont frappé le Québec. Les niveaux atteints en 2017 ont été dépassés mercredi et jeudi.

Shawinigan a tiré des leçons de cette année éprouvante selon le maire Michel Angers. Même si des résidents sont actuellement aux prises avec la crue des eaux, la Ville était prête à faire face à la crue printanière. On s’est fait un plan de match, on a vu arriver les choses, on a été en contact direct avec le ministère de la Sécurité publique, Hydro-Québec. [...] Très tôt, avant même qu’on pense qu’il y ait des problèmes, les cols bleus, les pompiers étaient au travail, pour faire les sacs de sable.

Chargement de l’image

Des résidents du quartier l’Ermitage à Shawinigan sont touchés par la crue des eaux.

Photo : Radio-Canada / Martin Chabot

À l’émission Toujours le matin, le maire Angers explique que dans les quartiers de l’Ermitage et de Beau-Rivage la situation est plus difficile, les chalets ou les maisons sont un peu plus bas, alors les gens font un excellent travail de protection avec les sacs de sable, les pompes et tout ça. On est toujours en surveillance.

Il mentionne qu’une mégapompe a été installée pour éviter qu’une autre partie de l’avenue Beau–Rivage ne soit inondée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !