•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

ANALYSE | Le chef du NPD Ryan Meili, « un mouton dans une arène remplie de lions »

Chargement de l’image

Le chef du Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan, Ryan Meili, le 27 avril 2022.

Photo : CBC / Kirk Fraser

Chargement de l’image

La décision de Ryan Meili de démissionner de son siège de Saskatoon-Meewasin le 1er juillet prochain n’est pas une surprise aux yeux du professeur émérite d’histoire de l’Université de Regina Stephen Kenny.

Selon M. Kenny, il faut remonter en octobre dernier pour constater un essoufflement dans le leadership de l’ex-chef néo-démocrate, lorsqu’il a reçu 72 % des appuis de son parti.

En février, Ryan Meili avait annoncé sa démission comme chef du Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan.

Au cours de la session, Ryan Meili était un mouton dans une arène remplie de lions, a dit l'observateur de la scène politique provinciale à Nicolas Duny à l’émission Point du jour, vendredi matin.

M. Kenny a affirmé que Ryan Meili ne cadrait pas avec l’ambiance houleuse de l’Assemblée. Il a ajouté que Ryan Meili était le médecin d’un parti qui semble être sous le respirateur artificiel.

Le Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan est en pleine course à la direction. Deux candidates s'y affrontent, soit la députée de Regina-Lakeview, Carla Beck, et l'avocate métisse de Saskatoon Kaitlyn Harvey.

Depuis le début de la course à la direction, le parti a acquis 2000 nouveaux membres, pour un total de 7000 membres.

Remaniement ministériel en vue à l’automne?

Le premier ministre Scott Moe doit regarder dans son rétroviseur, la députée indépendante Nadine Wilson, expulsée du parti, représentant une possible fragmentation de la droite en Saskatchewan.

Selon M. Kenny, le conservatisme au Canada est divisé, si l'on prend l'exemple de la course à la direction du Parti conservateur du Canada ou même la division en Alberta avec le vote de confiance de Jason Kenney.

« Scott Moe aimerait que cette division ne prenne pas racine ici en Saskatchewan. »

— Une citation de  Stephen Kenny, professeur émérite d’histoire de l’Université de Regina

Au cours des prochains mois, le gouvernement de Scott Moe va essayer de garder son élan pour la prochaine session de travaux législatifs, qui commencera le 26 octobre, deux ans jour pour jour après la victoire du Parti saskatchewanais aux dernières élections provinciales.

Le premier ministre va tenter de regrouper ses troupes au cours de cette période. Stephen Kenny avance que M. Moe va vouloir rafraîchir l'image du gouvernement, probablement avec un remaniement ministériel.

Il estime également que, durant la nouvelle session parlementaire, il y aura une nouvelle ambiance politique, avec une nouvelle cheffe néo-démocrate et le fait que le gouvernement sera à mi-mandat.

Avec les informations de Nicolas Duny

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !