•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une reconnaissance nationale pour Michelle Smith, « championne bénévole » pour les arts

La Manitobaine reçoit un Prix du Gouverneur général pour récompenser son engagement.

Chargement de l’image

Michelle Smith est lauréate du Prix du Gouverneur général pour les arts du spectacle.

Photo : Radio-Canada / Mathilde Gautier

Chargement de l’image

La Franco-Manitobaine Michelle Smith reçoit le Prix Ramon John Hnatyshyn pour son action bénévole dans le milieu des arts, un des prestigieux Prix du Gouverneur général pour les arts du spectacle remis à des Canadiens en 2022.

Originaire de Saint-Anne-des-Chênes, Michelle Smith a fait du travail bénévole tout au long de sa vie au sein des institutions culturelles franco-manitobaines : la Maison Gabrielle-Roy, Francofonds, Le 100 Nons et le Théâtre Cercle Molière.

J’aime beaucoup jouer un rôle de leadership, j’aime beaucoup organiser, j’aime créer des stratégies de succès, de communication, de levées de fonds pour que l’organisation ait du succès. J’ai peut-être pris l’exemple de mes parents qui étaient très engagés dans la communauté, explique la lauréate.

Cette notion est importante pour Michelle Smith qui a participé bénévolement à la réalisation de l’ouvrage Manitobaines engagées publié en 2021 aux Éditions du Blé. Le livre est également en lice cette année pour le prix Alexander-Kennedy-Isbister pour les études et essais.

L’ouvrage commémore les femmes franco-manitobaines qui se sont engagées pour leurs droits et met en valeur les femmes qui avaient brisé les barrières, précise Michelle Smith.

« J’ai toujours tenu cet engagementpour acquis. J’ai toujours été très impliquée. Dès le secondaire, j’étais impliquée au Conseil jeunesse provincial. Et puis ça a juste continué après. J’ai été présidente de l’association des étudiants au Collège universitaire de Saint-Boniface et ainsi de suite… cela a juste continué. »

— Une citation de  Michelle Smith, lauréate d'un Prix du Gouverneur général pour les arts du spectacle

Mais c’est son expérience en tant que bénévole au Théâtre Cercle Molière dont elle est la plus fière.

Une contribution remarquable

Le Théâtre Cercle Molière (TCM) est la plus ancienne compagnie de théâtre au Canada. Il attire plus de 10 000 spectateurs par saison.

Comme membre du comité de collecte de fonds, Michelle Smith a d'abord contribué à recueillir plus de 2 millions de dollars pour la construction du nouveau théâtre. Pour la première fois depuis sa création, le Cercle Molière a pu habiter dans sa propre maison.

Chargement de l’image

Le Théâtre Cercle Molière n'aurait pu voir le jour sans le succès de la levée de fonds communautaire qui a assuré une partie des coûts de sa construction. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Trevor Lyons

Par la suite, en 2013, elle a été nommée présidente du conseil d’administration du TCM. Dans le cadre de cette fonction, elle a piloté la création d’un fonds de dotation qui assure au TCM des revenus annuels stables depuis bientôt 10 ans.

Je suis fière d’avoir participé à la construction et à la levée de fonds pour la construction de ce bâtiment aussi. Mais ce dont je suis le plus fière est ce fonds de dotation…Cette levée de fonds, ce fonds de dotation, c’est probablement, pour moi, le projet le plus important que j’ai jamais entrepris, confie Michelle Smith.

« Dès que quelqu’un m’approche et qu’on va faire une levée de fonds, inévitablement, je le sens en moi et je prends vie. »

— Une citation de  Michelle Smith, lauréate d'un Prix du Gouverneur général pour les arts du spectacle

Le Cercle Molière, dit-elle, a maintenant au moins 1 million de dollars en banque. Quand on a commencé à mijoter cette idée-là, on ne pensait pas en grand. Le fait qu’on gagne 1 million pour une petite structure, c’est vraiment un succès.

Un prix qui sert d’exemple pour les francophones du Canada

Michelle Smith a appris avec émotion la nouvelle de sa nomination pour le Prix du Gouverneur général en tant que bénévole dans le secteur des arts vivants.

« Je suis vraiment fière que cela soit une petite fille de Saint-Boniface, de Sainte-Anne qui représente toute cette énergie pancanadienne déployée année après année, jour après jour pour voir le succès de nos institutions culturelles. Et puis, plus que ça, je suis vraiment fière pour Saint-Boniface et pour notre petite communauté francophone parce que cela fixe la lumière sur notre petite communauté. »

— Une citation de  Michelle Smith, lauréate d'un Prix du Gouverneur général pour les arts du spectacle

Le théâtre et la francophonie sont deux sujets qui lui tiennent à cœur. Michelle Smith confie que le théâtre a vraiment été important dans sa vie et lui a permis de s’affirmer dans son identité francophone.

Elle se souvient avoir vu Les Belles-soeurs de Michel Tremblay en 1970, au Cercle Molière.

Moi, dans mon village, j’avais vu cette pièce qui se passait complètement en canadien. C’était à une époque où on méprisait l’accent franco-manitobain, on méprisait l’accent canadien et on cherchait à nous enseigner à avoir un accent international, tout épuré. Et puis cette pièce m’a montré que c’était correct, qu’on pouvait montrer ça sur scène, que l’accent canadien avait une valeur, confie la lauréate.

C’est d’ailleurs le Cercle Molière qui a soumis la candidature de Michelle Smith au Prix du Gouverneur général pour les arts du spectacle.

La directrice artistique et générale du TCM, Geneviève Pelletier, se remémore leur collaboration.

Ensemble, on a pu construire un avenir du TCM où aujourd’hui, on est vraiment dans une situation financière enviable. On est partis de tellement loin et on a été capables de sortir de là petit à petit grâce au fonds de dotation de Michelle. Elle avait vraiment une vision et elle a pris en main ce projet-là. Grâce à elle, on est capables d’avoir un montant d’argent qui nous est attribué chaque année et on est capables de faire grandir ce fonds-là.

Chargement de l’image

La collaboration de Michelle Smith et Geneviève Pelletier a été fructueuse pour le Cercle Molière.

Photo : Radio-Canada / Mathilde Gauthier

Pour la directrice générale du TCM, il est important de montrer des exemples de bénévolat comme celui de Michelle Smith.

C’est important de faire valider ce succès au niveau national. Connaissant les rouages de la philanthropie du côté francophone de ce pays, des personnes comme Michelle, il n’en pleut pas. Même du côté du Québec, la philanthropie n’est pas si courante dans les théâtres. C’est une des choses à faire valoir : au Manitoba, dans le théâtre qui est le plus ancien du pays, on a été capables de mettre en place des initiatives de la sorte, affirme Geneviève Pelletier.

Pour Geneviève Pelletier, le rôle de Michelle est, on pourrait dire, un rôle de champion. Des champions dans notre communauté, on en a besoin. On a besoin de gens qui sont prêts à s’impliquer de façon multiple pour être les défenseurs, les gardiens, les innovateurs et les innovatrices d’une culture francophone qui perdure ici.

Le Prix du Gouverneur général pour les arts du spectacle sera remis le 28 mai à Ottawa.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !