•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nouveau-Brunswick suspend pour 6 mois la création de places en garderies

Chargement de l’image

Les autorisations pour les places désignées en garderies sont suspendues jusqu'au 31 octobre.

Photo : Radio-Canada / Myriam Gauthier

Radio-Canada

Dans le but de mieux consulter les intervenants du milieu sur la mise en place des garderies à 10 $, le Nouveau-Brunswick freine la création de nouvelles places.

Les propriétaires et gestionnaires de garderies de la province ont reçu une lettre cette semaine leur indiquant qu’il ne serait plus possible dès maintenant de créer de nouvelles places en garderies, et ce, jusqu’au 31 octobre 2022. Ce moratoire touche les places dans les garderies désignées, mais n’empêche pas un exploitant d’ouvrir une garderie qui ne serait pas désignée.

Sophie Lagueux est directrice générale des Garderies Les petits et grands entrepreneurs à Saint-André dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick et est aussi membre du comité de démarrage de l’Association francophone des garderies éducatives du N.-B.

Elle est inquiète de cette nouvelle.

« C’est encore inquiétant. Nous aussi on est encore dans la brume. On sent encore qu’on a été mis de côté dans le processus décisionnel. »

— Une citation de  Sophie Lagueux, directrice générale des Garderies Les petits et grands entrepreneurs

Le ministre de l'Éducation et du Développement de la petite enfance, Dominic Cardy, explique qu'il s'agit d'un processus normal pour s'assurer que l'argent des contribuables est bien dépensé.

Chargement de l’image

Le ministre de l'Éducation et du Développement de la petite enfance, Dominic Cardy, défend la décision du ministère d'imposer un moratoire sur la création de nouvelles places.

Photo : Radio-Canada

Il se dit conscient des longues listes d'attente et veut s'assurer que les places sont créées aux bons endroits.

On a une longue liste d'attente, ça dépend de beaucoup des endroits dans la province. C’est même parfois difficile de voir le défi car des gens ne s'inscrivent pas sur la liste, car ils savent qu’il n’y a pas de centre dans leur coin, indique M. Cardy.

Le Nouveau-Brunswick a signé une entente avec Ottawa en décembre dernier pour diminuer les frais de garde pour les enfants de 0 à 5 ans. Selon l’entente d’une valeur de 544 millions de dollars sur cinq ans, les frais vont diminuer de moitié dès juin. La réduction des frais à 10 $ par jour est prévue pour 2026.

La province a annoncé en mars que 3400 nouvelles places seront créées dans la foulée de ces mesures. De ce nombre, la majorité, soit 2400, doit être allouée à des centres de la petite enfance à but non lucratif et en milieu familial et les 1000 autres places dans des garderies privées.

Une ruée vers les garderies?

Sophie Lagueux a l’impression que cette annonce a fait en sorte que le ministère a reçu plusieurs demandes, d’où la nécessité d'appuyer sur pause.

On comprend aussi le désir de se rasseoir et de dire : "Oua! Oua! OK, là il y a de la grosse argent qui nous est tombée du ciel". Quand l’annonce est tombée, nous, on a commencé à recevoir des appels sur les garderies à 10 $, observe-t-elle.

Le ministre Cardy indique que le ministère n'a pas reçu plus de demandes, mais que cette pause est nécessaire pour bien faire les choses.

Il explique qu’il a étudié les enjeux qui sont survenus au Québec lors de l’adoption du système des CPE et il veut éviter d’avoir les mêmes problèmes ici.

Des places pour les francophones

Sophie Lagueux espère que les consultations que la province va entreprendre tiendront compte des réalités des familles francophones.

On n’a pas de données claires sur le montant qui sera investi pour les garderies francophones et ça nous inquiète aussi. On veut s’assurer que nos garderies francophones ont aussi leur part du gâteau et qu’on ne ramasse pas juste les miettes, qu’on ne soit pas capables d’ouvrir suffisamment de places et que, de là, on perde nos jeunes enfants francophones qui vont se diriger vers des garderies anglophones, indique-t-elle.

La province indique que des sondages et des groupes de discussion seront organisés au cours des prochains mois.

Avec des informations de l'émission La matinale d'ICI Acadie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !