•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau bâtiment pour les recherches sur les changements climatiques à l’Î.-P.-É.

La façade du centre de recherche.

Le nouveau bâtiment du Centre de recherche sur les changements climatiques de l'Université de l'Île-du-Prince-Édouard se situe à St. Peter's Bay, à environ 46 kilomètres de la capitale Charlottetown.

Photo : Radio-Canada / Jessica Doria-Brown

L’Île-du-Prince-Édouard compte désormais un nouveau bâtiment pour le Centre de recherche sur les changements climatiques de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard, dans la région de St. Peters Bay, dans le nord-est de la province.

Professeur à cette université et directeur du centre, Adam Fenech prévoit qu’environ 120 professeurs et étudiants devront passer par ces installations quotidiennement.

« À l’Île-du-Prince-Édouard, on va pouvoir vraiment comprendre les effets des changements climatiques et découvrir les meilleures façons d’y répondre. »

— Une citation de  Adam Fenech, directeur du Centre de recherche sur les changements climatiques

Le bâtiment, qui est carboneutre, couvre une aire de 45 000 pieds carrés et abritera l’École des changements climatiques ainsi que des centres de recherche.

Adam Fenech pose pour la photo.

Pour Adam Fenech, directeur du Centre de recherche sur les changements climatiques de UPEI, le laboratoire fait connaître l'île à l'échelle mondiale quant aux recherches scientifiques sur le climat.

Photo : Radio-Canada / Jane Robertson

Pour le directeur du Centre de recherche sur les changements climatiques de UPEI, l'emplacement du laboratoire facilite l’accès des équipes de recherche aux terrains d’étude.

Le centre se situe près du parc Greenwich, qui comprend le parc national de l’Île-du-Prince-Édouard.

Greenwich est un environnement naturel qui offre des prairies, des forêts, des zones humides et des plages que nous pouvons étudier [ce qui nous permet de] connaître les effets des changements climatiques sur ces différents types d’écosystèmes, précise Adam Fenech.

Rimsha Khan donne une entrevue.

La chercheuse Rimsha Khan étudie les moyens de réduire les émissions de gaz à effet de serre provenant des champs agricoles, à l'UPEI.

Photo : Radio-Canada / Jessica Doria-Brown

La chercheuse Rimsha Khan, qui étudie les moyens de réduire les émissions de gaz à effet de serre provenant des champs agricoles, explique que son travail sera beaucoup plus efficace dans ces nouvelles installations.

« À UPEI, nous avons peu d’espace, et nous n’avions pas beaucoup d’équipement. Maintenant, je pense qu’on peut recevoir une meilleure formation universitaire dans ce bâtiment. »

— Une citation de  Rimsha Khan, chercheuse à UPEI

Elle précise que davantage d’équipements seront offerts aux équipes de recherche qui seront toutes réunies au même endroit.

Le nouveau bâtiment situé en haut d'une colline à côté de la baie.

Le nouveau Centre de recherche sur les changements climatiques peut être observé de St. Peter's Bay, dans le nord-est de l'île.

Photo : Radio-Canada / Jessica Doria-Brown

Le professeur Adam Fenech explique que l’idée du projet est venue il y a plus de 10 ans, mais c’est seulement en juillet 2019 que l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard a annoncé la construction du centre.

L'objectif de la direction de ce laboratoire est de faire de l'université une référence mondiale en matière de recherche sur les changements climatiques.

Les études qui y seront réalisées serviront à mieux comprendre les effets des changements climatiques sur les écosystèmes et à développer des technologies vertes.

La nouvelle maison des drones

Le Centre de recherche sur les changements climatiques à St. Peter's Bay sera la nouvelle maison du parc de drones de l’université, le plus grand à appartenir à un établissement postsecondaire au pays, selon UPEI.

Ces 29 drones sont utilisés dans la surveillance des terres agricoles et dans les recherches sur l’érosion côtière depuis 2016.

Un drone blanc survole le parc provincial Victoria.

Le parc de drones de UPEI a commencé à récolter des données sur l’environnement insulaire en 2016 (archives).

Photo : Laurent Rigaux

Dans ce nouveau centre, les équipes de recherche devraient, entre autres, créer des outils qui permettent d’observer les variations du niveau de la mer et la situation du littoral insulaire, explique Adam Fenech.

L’Île-du-Prince-Édouard perd en moyenne 27 à 30 cm de terre chaque année en raison de l’érosion, selon des études des chercheurs de UPEI.

Dennis King fait un discours à l'intérieur du nouveau centre de recherche.

Le premier ministre de l'île, Dennis King, rappelle que le développement de l'économie de la province est aussi associé à la conservation des écosystèmes.

Photo : Radio-Canada / Julien Lecacheur

Des bienfaits pour l’économie

Le premier ministre de l’île, Dennis King, souhaite que cette unité de recherche puisse collaborer au développement économique de la province.

« Avec ce centre de recherche, nous aurons des moyens novateurs pour protéger et pour améliorer notre environnement. Nous essaierons également de trouver un moyen, comme toutes les autres administrations, d’associer ça à l’économie. »

— Une citation de  Dennis King, premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard

Selon lui, ce centre de recherche servira à rassembler différents secteurs de l’économie, notamment les secteurs public et privé ainsi que l’industrie des pêches et le secteur agricole.

Il rappelle que ces secteurs dépendent des écosystèmes et doivent s’adapter aux changements du climat.

Plus de 17 millions de dollars provenant des gouvernements fédéral et provincial ont été investis dans la construction de ces nouvelles installations du Centre canadien sur le changement climatique de UPEI.

Avec des informations de Julien Lecacheur et de Jessica Doria-Brown, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !