•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le parc du Mont-Bellevue continue d’évoluer vers son statut de réserve naturelle

Chargement de l’image

Une équipe de chercheurs souhaitent que les citoyens puissent observer les étoiles au coeur de la Ville de Sherbrooke, dans le parc du Mont-Bellevue.

Photo : Radio-Canada / André Vuillemin

Plus d’une vingtaine de personnes se sont rassemblées au parc du Mont-Bellevue jeudi soir pour une présentation sur les travaux effectués au parc et sur son futur statut de réserve naturelle universitaire.

La désignation de réserve naturelle, c'est la demande que les propriétaires font pour protéger une propriété qui présente des caractéristiques naturelles qu’on souhaite maintenir dans le futur. Une entente est signée en vertu de la loi du patrimoine naturel. C’est très bien balisé et encadré. En quelque sorte, c’est comme si on donnait une servitude au gouvernement en s’engageant à respecter la vocation de préservation, a expliqué Véronique Roy, qui travaille à l’Université de Sherbrooke. 

Un comité composé d’utilisateurs du parc et d’experts travaille depuis 2019 pour que le Mont-Bellevue obtienne ce statut.

Dans la dernière décennie, le nombre d’utilisateurs du parc a augmenté de façon significative. Ceux-ci ne respectent pas toujours les règles et la signalisation des sentiers, menaçant l’intégrité écologique du milieu. Ce constat a notamment mené à l'idée de demander la désignation de réserve naturelle, a-t-on souligné pendant la rencontre.

En ayant la réserve naturelle, ça réveille tout le monde, c’est géré, c’est structuré, on le protège, notre environnement, a avancé Nathalie Roy, la directrice générale du parc du Mont-Bellevue.

La directrice au bureau de l’environnement de la Ville de Sherbrooke Ingrid Dubuc a quant à elle souligné toute la sensibilisation qui a été faite auprès du public dans les dernières années. Tout le travail que fait le regroupement du Mont-Bellevue sur le terrain, sensibiliser, éduquer avec les patrouilles. [...] Est-ce que dès qu’on est une réserve naturelle, 100 % des usagers auront le comportement parfait? Non, mais ce qu'il va être important de considérer, c’est l’évolution favorable du comportement des usagers, soutient-elle. 

« Aujourd’hui, en mai 2022, on est à des années-lumière du comportement des usagers en 2017. On peut se baser sur l’évolution positive, et assurément qu’il y aura d’autres évolutions positives dans le futur. »

— Une citation de  Ingrid Dubuc, directrice au bureau de l’environnement de la Ville de Sherbrooke

De nouveaux sentiers et plus de signalisation

La rencontre de jeudi a aussi permis de présenter aux citoyens les derniers développements quant aux nouveaux aménagements prévus au mont J.S.-Bourque, qui incluent entre autres des sentiers pédestres rustiques et un sentier de vélo de montagne qui va assurer un lien avec l'Université de Sherbrooke.

Ces nouveaux sentiers ont pour buts de réduire l’empreinte écologique des aménagements existants et de décourager la création de sentiers illicites. Les travaux sont commencés pour les sentiers de randonnée, et les appels d’offres seront bientôt lancés pour les sentiers de vélo de montagne. 

La signalisation sera aussi améliorée dans tout le parc, et plus de panneaux seront installés à des intersections stratégiques de la montagne.

L’utilisateur Jean-Michel Longpré, l'un des citoyens qui a assisté à la rencontre, s’est dit très satisfait du travail effectué par l’équipe du parc du Mont-Bellevue et de l’Université de Sherbrooke. Je trouve ça extraordinaire comme projet de réserve naturelle en milieu urbain sur un site qui est vraiment particulier, a-t-il souligné. 

Ingrid Dubuc s’est aussi dite satisfaite de la soirée. Le travail de concertation qui s’est fait à travers les mois et les années au niveau des usagers, c’est ce qui nous permet d’arriver avec un produit qui est intéressant ce soir et qui est le compromis de tout ce travail-là, constate-t-elle. 

Le statut de réserve naturelle devrait être octroyé par le ministère de l’Environnement du Québec vers la fin de 2022 ou au début de 2023. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !