•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sans réelle opposition, Amanda Simard domine le débat de Glengarry-Prescott-Russell

Chargement de l’image

Le débat en français à Embrun a réuni Thaila Riden du Parti vert de l'Ontario, Victor Brassard du Nouveau Parti bleu et Amanda Simard du Parti libéral de l'Ontario.

Photo : Facebook / ONfr

Chargement de l’image

L’absence des candidats progressiste-conservateur et néo-démocrate au débat en français organisé à Embrun dans la circonscription de Glengarry-Prescott-Russell, jeudi soir, a laissé toute la place à la candidate libérale Amanda Simard pour vanter son bilan à titre de députée sortante et promouvoir le programme de son parti pour les Franco-Ontariens.

Le proverbe dit que les absents ont toujours tort. Les trois candidats qui ont participé à l’événement — Amanda Simard, Thaila Riden du Parti vert et Victor Brassard du Nouveau Parti bleu  — n’ont pas manqué l’occasion de le rappeler.

C’est surtout l’absence du candidat progressiste-conservateur qui a alimenté les commentaires. Stéphane Sarrazin ne participait pas aux échanges parce qu’il accompagnait la ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney, dans une tournée dans sa circonscription.

Chargement de l’image

L'absence du candidat progressiste-conservateur, Stéphane Sarrazin, a été remarquée.

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Le vrai conservateur est ici, a lancé à la blague M. Brassard, sous les rires et les applaudissements de la foule. Par cette remarque, le candidat du Nouveau Parti bleu a laissé entendre que son parti représente davantage les valeurs conservatrices que le Parti progressiste-conservateur de l’Ontario.

Le candidat [progressiste]-conservateur aime beaucoup parler dans les médias et, virtuellement, attaquer les autres et m'attaquer personnellement, mais il n'est même pas capable de venir le faire ici, ce soir, a relevé plus sérieusement Amanda Simard.

« La participation en démocratie est très importante.  »

— Une citation de  Thaila Riden, candidat Parti vert de l'Ontario, GPR

L’absence de Stéphane Sarrazin a aussi fait l’objet de commentaires d’électeurs qui ont assisté au débat en personne ou qui ont suivi les échanges sur Facebook. 

Je tiens à remercier les candidats et candidates qui se sont présentés ce soir et ont démontré le sérieux de leur candidature, qui écoutent la population et répondent aux questions, a lancé un spectateur dans la salle. Un candidat qui évite les débats, c'est une personne qui n’est pas à la rencontre des électeurs, a déclaré un autre sur Facebook.

Quelques électeurs ont toutefois rappelé qu’en 2018 aux dernières élections, la candidate conservatrice de l’époque, Amanda Simard, avait choisi elle aussi de ne pas participer aux échanges. Il semble y avoir un pattern, a déclaré un spectateur peu impressionné.

Économie et coût de la vie

Sans réelle opposition devant elle, Mme Simard a occupé tout l’espace dans ce débat inégal dont les thèmes étaient la qualité de vie, l’économie ainsi que l’agriculture et l’environnement.

La candidate a rappelé les engagements de son parti pour rendre le coût de la vie des Ontariens plus abordable. Notamment, elle a rappelé les promesses libérales de doubler la portion provinciale de la sécurité de la vieillesse et d'offrir le transport en commun à 1 $. 

Elle a aussi dit que son chef, Steven Del Duca, s’engageait à reprendre l’autoroute 174 des mains du municipal.

Thaila Riden a soutenu que le Parti vert allait abroger le projet de loi 124 , qui plafonne la hausse salariale dans le secteur public à 1 %, et mettre des mesures pour atteindre la cible provinciale d’immigration francophone de 5 %.

Le Nouveau Parti bleu croit que la diversification économique doit passer par des investissements dans les petites entreprises. 

Chargement de l’image

L'entreprise Colacem Canada veut construire une cimenterie à côté d'une carrière qu'elle exploite à L'Orignal dans l'est ontarien. Le projet est évalué à 225 M$.

Photo : Denis Babin

Non au projet de cimenterie

Tous les représentants des partis présents se sont prononcés contre le projet de cimenterie à L’Orignal.

On aimerait regarder quelles sont les alternatives à la cimenterie, a déclaré le candidat du Parti vert Thaila Riden. On veut aussi écouter la voix de la communauté.

Avant d’être au provincial, j’étais au municipal et j’étais contre à ce moment-là, a rappelé Amanda Simard, qui aimerait une nouvelle évaluation environnementale du projet. Je pense que le projet est problématique à plusieurs niveaux.

Je suis 100 % [en accord avec mes deux collègues, ici], parce que ça va être une destruction pour l’environnement, ça va être du big business et ça va enlever notre qualité de vie, a pour sa part déclaré Victor Brassard du Nouveau Parti bleu.

Chargement de l’image

Seulement trois candidats ont participé au débat : Thaila Riden du Parti vert de l'Ontario, Victor Brassard du Nouveau Parti bleu et Amanda Simard du Parti libéral de l'Ontario.

Photo : Facebook / ONfr

La francophonie est une priorité

Tous les candidats présents ont aussi dit que le retour d’un commissaire aux services en français indépendant était une absolue priorité. 

C’est justement l’une des raisons principales pour laquelle j'ai quitté M. Ford. Il a complètement trahi les Franco-Ontariens qui lui avaient fait confiance, a soutenu Mme Simard.

Quand je me suis impliqué avec le Nouveau Parti bleu, j'ai été vraiment déçu. Je le dis honnêtement parce qu’il n’y avait aucune plateforme pour les francophones, rien n’était traduit en français, a déploré M. Brassard. Moi, je suis engagé à supporter la francophonie à 100 %.

De son côté, le candidat du Parti vert aimerait qu’on explore l’idée d’offrir des services en français sur le web aux francophones qui vivent en dehors des régions désignées. La candidate libérale dit que son parti propose plutôt de désigner la province entière comme une région désignée bilingue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !