•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La technologie de la capture de mouvements au service des récits autochtones yukonnais

Chargement de l’image

Keinas.áx̱ Łdóos Kaanáx̱ Ḵuwóox', vêtu d'une combinaison de capture de mouvements, a montré à des élèves comment ses mouvements de danse pouvaient être animés en direct sur un écran pendant qu'ils se produisaient. De gauche à droite : Keinas.áx̱ Łdóos Kaanáx̱ Ḵuwóox', Nord Bellancourt, Marcus Griffiths, Ryker Johns et Suna Graf.

Photo : Danielle d'Entremont / CBC

Radio-Canada

Outpost 31, une entreprise de médias et de divertissement de Whitehorse, espère collaborer avec les communautés autochtones du territoire en mettant à leur disposition un costume de capture de mouvements. En permettant de suivre les positions et les rotations du corps, ce costume pourrait servir lors de projets d’éducation culturelle, notamment le partage d’histoires locales.

Keinas.áx̱ Łdóos Kaanáx̱ Ḵuwóox' travaille avec la Première Nation Carcross Tagish en tant que collaborateur principal de la société Outpost 31. Il se sent comme un superhéros lorsqu’il porte le premier costume de capture de mouvements disponible au Yukon.

« Je suis comme le superhéros Tlingit, que les enfants admirent. Quelques personnes m’appellent même Super Tlingit. »

— Une citation de  Keinas.áx̱ Łdóos Kaanáx̱ Ḵuwóox', collaborateur principal de la société Outpost 31

Selon lui, ce costume offre de nombreuses possibilités en matière de narration et d'éducation culturelle dans sa communauté.

La semaine dernière, il a organisé une activité lors de laquelle il a fait la démonstration du costume en dansant devant des élèves de l’école Ghùch Tlâ. Les élèves pouvaient assister simultanément à une animation en direct de ses mouvements sur un écran placé derrière lui.

Je voulais que tout le monde voie les bonnes choses qui peuvent se produire et constate que cela nous offre l'occasion de montrer davantage de nos histoires, car bon nombre de nos légendes et de nos histoires sont incroyables, affirme Keinas.áx̱ Łdóos Kaanáx̱ Ḵuwóox'.

Au-delà de la danse, il voit un potentiel d’utilisation de ce costume dans divers projets d’éducation culturelle, notamment pour enregistrer des personnes qui parlent leur langue ou un sculpteur qui fait son travail.

Chargement de l’image

Keinas.áx̱ Łdóos Kaanáx̱ Ḵuwóox' porte la combinaison de capture de mouvements tandis que ses mouvements sont animés en direct sur l'écran derrière lui.

Photo : Danielle d'Entremont / CBC

Jayden Soroka, le créateur et l’animateur principal à Outpost 31, est lui aussi enthousiaste quant au potentiel de ce costume.

Les jeunes peuvent faire carrière en enregistrant des données ou en travaillant avec des aînés, des membres de la communauté ou des conteurs pour créer une bibliothèque de contenus, d'histoires et de cultures numériquement conservés, qui pourront être diffusés comme ils le souhaitent à l'avenir, dit-il.

Le studio n’a aucun droit sur la propriété intellectuelle des histoires, précise Jayden Soroka. Les Premières Nations qui utilisent cette technologie posséderont le produit final et décideront de la façon de l’archiver, de le diffuser et de l’utiliser.

Au bout du compte, il espère que le studio pourra créer une unité mobile d’aide au partage de récits, qui comprendra la capture de mouvements ainsi que d’autres technologies et qui pourrait se rendre dans diverses communautés pour proposer ses services là où on manifesterait de l'intérêt.

Nous avons accès au costume et il peut être disponible pour les communautés afin d'enregistrer ce dont elles ont besoin. Notre espoir, c'est de [développer et de renforcer les compétences] et de créer des possibilités, affirme-t-il.

Chargement de l’image

Keinas.áx̱ Łdóos Kaanáx̱ Ḵuwóox' (à gauche) et Jayden Soroka ont précédemment collaboré à un film d'animation en capture de mouvements, intitulé The Provider, qui raconte l'histoire d'une première chasse.

Photo : Danielle d'Entremont / CBC

À Carcross, cette technologie a déjà attiré l'attention de certains. L'élève de huitième année Nord Bellancourt a participé à l'activité organisée par Keinas.áx̱ Łdóos Kaanáx̱ Ḵuwóox' en jouant du tambour.

C’est incroyable parce qu'on peut vraiment s'impliquer dans sa communauté et faire des projets en dehors de l’école et c’est vraiment cool, s'exclame-t-il.

À l’avenir, Keinas.áx̱ Łdóos Kaanáx̱ Ḵuwóox' espère pouvoir continuer à porter le costume pour inspirer les générations futures à prendre les choses en main.

Si je devais décrire [mon superpouvoir], je dirais qu'il inspire tout le monde autour de moi à en faire davantage, à se comporter mieux et à faire ce que faisaient ceux qui nous ont précédés, conclut-il.

Avec les informations de Danielle d'Entremont

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !