•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mobilisation pour l’accès aux soins dans le Kamouraska se poursuit

Chargement de l’image

L'hôpital Notre-Dame-de-Fatima, à La Pocatière, est au cœur des demandes du comité pour des soins de proximité.

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Radio-Canada

Le comité Mes soins restent ICI dresse un bilan mitigé de l’évolution de la gestion et de l’accès aux soins de santé dans le Kamouraska depuis les cinq dernières années. Il rappelle que l’absence de médecins spécialistes est toujours notable dans la région.

S’ils conviennent que la situation s’est améliorée à certains égards dans la région, les membres du comité veulent demeurer mobilisés.

Le comité a toujours sa place et sa raison d’être, confirme la porte-parole des professionnels au sein du comité, la Dre Marie-Eve Fromentin. La pénurie de main-d'œuvre un peu partout met en lumière toute l'importance d’essayer d’attirer des gens.

Le comité veut d’ailleurs travailler sur la mise en place d’une instance locale qui permettrait d’avoir une meilleure gestion de ce problème.

Il estime qu’il manque de spécialistes notamment dans les services d’orthopédie et d’urologie.

De son côté, la préfète suppléante de la MRC de Kamouraska, Anita Ouellet-Castonguay, note qu’avec l’augmentation du prix de l’essence, il devient d’autant plus crucial d’assurer un nombre maximal de soins dans la région.

Beaucoup de gens sont sous le seuil de la pauvreté. Pourquoi on leur imposerait [d’avoir à se déplacer]? On dit que nos soins sont gratuits, mais ce n’est pas vrai, dénonce-t-elle.

Les élus de la région affichent leur soutien au comité, c’est notamment le cas de la Ville de La Pocatière, qui a vu le programme en soins infirmiers de son cégep regagner des étudiants ces dernières années.

À l’approche des élections de l'automne prochain, le comité veut également maintenir la pression sur Québec et sur les candidats dans la région.

Avec les informations de Fabienne Tercaefs

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !